Accueil

Toponymie (6) Histoires oubliées De la torture à la cité jardin

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Toponymie Histoires oubliées

De la torture à la cité jardin

Bascule, Queue de vache, île Robinson ou encore Cage aux ours : autant de noms qui résonnent familièrement aux oreilles des Bruxellois. Derrière ces appellations imagées se cache une petite histoire.

SÉRIE (6)

HERMINE BOKHORST

La Roue, une des cités jardin d'Anderlecht construite entre 1921 et 1928, doit son nom à un engin de torture. Il aurait été érigé à l'intersection de la route de Lennik et de la chaussée de Mons (la route de Paris à l'époque) pour supplicier un bandit de grand chemin. Cette appellation date du début du XVIIIe siècle.

Nous en avons retrouvé trace dans la liste des biens de l'hôpital Saint Jean de 1717, explique Jean van Audenhove, le président du cercle d'histoire locale Anderlechtensia.

A l'époque, ce lieu n'était pas habité. En 1792, le 13 novembre précisément, une grande bataille opposant Français et Autrichiens s'est déroulée à cet endroit.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs