Ligue des champions - Tenant du titre, le Milan AC a déjà pris la tête du groupe H grâce à son succès (1-0) face à l'Ajax Bruges y a toujours cru malgré 2 exclus ! LE MATCH Un but égalisateur à consonance galicienne FC BRUGES 1 CELTA VIGO 1 Trond Sollied : « L'arbitre n'a pas tout contrôlé » En deux mots

Chef de service adjoint Sports et chef de la cellule foot Temps de lecture: 7 min

Ligue des champions - Tenant du titre, le Milan AC a déjà pris la tête du groupe H grâce à son succès (1-0) face à l'Ajax

Bruges y a toujours cru malgré 2 exclus !

* Expulsé pour un geste revanchard, Mendoza a failli empêcher Bruges de jouer sa chance. * Mais finalement, le Club a pu égaliser (1-1) en fin de match.

FFRÉDÉRIC LARSIMONT

A-t-on jamais assez dit et répété qu'un match de foot pouvait basculer sur un détail, fût-il anodin? C'est sans doute ce qu'a dû se reprocher Trond Sollied qui avait peut-être omis - l'histoire ne le dira jamais - d'insister une dernière fois sur ce point avant de lâcher les fauves pour ce premier match de poule de Ligue des champions 2003-04.

Coupable d'avoir réagi de manière impulsive en envoyant le ballon à la tête du défenseur chilien Pablo Contreras alors que celui-ci venait de lui titiller trop sournoisement les chevilles, Andres Mendoza s'est fait exclure sans complaisance par un arbitre qui appliqua la loi à la lettre.

Et alors que ses équipiers n'avaient pas encore digéré ce verdict malgré le quart d'heure réglementaire de pause, le Celta Vigo profita d'une frappe déviée de Juanfran, son meilleur élément sur la pelouse, pour prendre l'avantage dans un stade Breydel qui avait refusé d'envisager ce scénario pour ce qui était censé constituer la rencontre la plus abordable pour le FC Bruges. Heureusement pour ses 27.000 supporters, le jusqu'au-boutisme maison permit aux Flandriens d'égaliser par Saeternes dans une fin de match houleuse ponctuée par l'exclusion de Martens et par sept cartons jaunes en tout.

C'est donc avec le handicap d'un point courageusement sauvé mais de la perte de deux autres qui sera peut-être lourde de conséquence au décompte final, que le Club effectuera son plus court déplacement de ce mini-championnat, dans quinze jours à l'Ajax Amsterdam.

Dès les premières minutes, la confirmation tomba. C'était le Bruges qu'on attendait et le Celta qu'on prévoyait. Le lever de rideau de ce groupe H fut en tous points conforme aux prévisions, avec un champion de Belgique dans une composition offensive mais nanti de consignes de prudence, notamment au niveau des flancs.

Et en face, une formation espagnole qui ne concéda la prise de risques qu'avec une extrême parcimonie. Mais avec un réel talent, comme en témoignaient les trois occasions recensées sur la fiche statistique lors de la première demi-heure de jeu.

Avec, souligné dans le rouge de la frayeur, une toile monstrueuse de l'attaquant serbe Savo Milosevic sur un coup de tête qui paraissait presque anodin à effectuer. Courageux mais pas téméraires, les champions de Belgique donnèrent d'abord l'impression de gérer leur première mi-temps en en gardant sous le pied, comme on dit.

La sortie d'Alin Stoica, touché au tendon d'Achille en s'essayant à un tacle - un exercice à risque pour lui - réclama une nouvelle période de rodage au sein de la ligne médiane, ce qui n'arrangeait rien au niveau du rythme de la partie.

Gaëtan Englebert était cueilli à froid par sa montée au jeu, Nastja Ceh avait du retard à l'allumage et devant lui, Andres Mendoza présentait les mêmes symptômes alors qu'il était l'homme en forme de son équipe depuis l'entame de la saison.

Ce même Mendoza allait carrément ruiner en deux temps les espoirs d'une première et ô combien importante victoire flandrienne dans sa poule. En réagissant comme un gamin alors qu'il était effectivement victime d'un coup de pied que l'arbitre aurait dû sanctionner très sévèrement. Puis en abandonnant surtout ses équipiers pour quarante-cinq longues minutes en infériorité numérique. Il ne fallut pas voir l'entièreté du sablier s'écouler pour mesurer combien cette carte rouge était lourde de conséquences. Un an après s'être exclu lui-même de toute une campagne de Ligue des champions après sa rixe avec son équipier Bratislav Ristic, le buteur péruvien risque de manquer une nouvelle fois le film faute d'avoir les nerfs suffisamment solides.

A l'UEFA, on ne badine jamais avec la discipline (et avec une carte rouge directe) comme devrait le confirmer sous peu la commission du même nom.·

LE MATCH

Un but égalisateur à consonance galicienne

6e. Angel lance Gustavo Lopez en profondeur mais Butina détourne le tir de l'Argentin au prix d'un excellent réflexe du pied droit.

24e. Centre de Juanfran que Milosevic reprend d'une tête piquée, nettement trop décroisée.

30e. Juanfran, encore lui, tente un centre que Verheyen détourne involontairement dans ses filets... latéraux. Butina était battu.

43e. Superbe travail individuel de Vagner, qui se défait de Van der Heyden et Clement dans le rectangle avant de placer au-dessus de la cage brugeoise.

45e (+1). Accroché à l'entrée du rectangle par Berizzo, Mendoza a un geste de mauvaise humeur envers Jose Ignacio, qui en a profité pour lui asséner un coup de pied volontaire alors qu'il est à terre. Le Péruvien est le seul à être exclu. Sur le coup franc qui s'en suit, Ceh place de peu au-dessus du but de Pinto, créant pour la première fois le danger pour les Brugeois.

50e. Toujours aussi mobile, Juanfran s'appuie sur Jesuli pour transpercer l'arrière-garde brugeoise par le flanc gauche. Alors qu'il semblait non cadré, le tir de l'international espagnol est dévié dans son but par la main de Butina. (0-1).

66e. Lancé en profondeur, Sandy Martens devance bien la sortie de Pinto mais sa reprise de la tête passe largement au-dessus du but espagnol.

72e. Trois joueurs espagnols se présentent devant Butina mais Vagner voit son envoi trop tardif dévié in extremis par Van der Heyden.

84e. Gvozdenovic lance Saeternes en profondeur. Le tir du Norvégien est doublement dévié, par Berizzo d'abord puis Juanfran, dans le but galicien. (1-1).

BUTS

50e mn : Juanfran (0-1) ; 84e mn : Saeternes.

REMPLACEMENTS

FC Bruges : 31e : Englebert pour Stoica ; 69e : Gvozdenovic pour Maertens ; 78e : Saeternes pour Ceh.

Celta Vigo : 63e : Jandro pour Gustavo Lopez ; 78e : Velasco pour Angel ; 82e : Sylvinho pour Jesuli.

CARTES JAUNES

FC Bruges : Verheyen, Van der Heyden, Martens.

Celta Vigo : Angel, Sergio, Berizzo.

CARTES ROUGES

FC Bruges. Mendoza (45e+1) ; Martens (2 jaunes, 90e+1).

ASSISTANCE

27.000 spectateurs.

Trond Sollied : « L'arbitre n'a pas tout contrôlé »

Un point, ce serait déjà mieux que l'année dernière à pareille époque, affirmait Trond Sollied avant que ses joueurs n'en prennent effectivement un, vingt-quatre heures plus tard. Compte tenu de la défaite de l'Ajax Amsterdam, qui est déjà de nature à préfigurer un cavalier seul du Milan AC, les affaires brugeoises n'étaient donc pas forcément mauvaises au soir d'un partage à domicile qui laisse planer beaucoup d'interrogations par rapport au potentiel réel du Club en C 1.

Il est clair que ce n'était pas vraiment ça en première période, notamment au niveau de la possession de balle qui était clairement espagnole, admettait Sollied. Mes joueurs ont eu le mérite de rester calmes et de ne pas forcer leur talent au risque de se désorganiser. Mais la blessure de Stoica et l'exclusion de Mendoza m'ont forcé à balayer d'un trait toute la préparation pour finalement improviser complètement jusqu'en fin de match.

Très maître de ses émotions comme à son habitude, l'entraîneur norvégien du Club revenait calmement mais fermement sur le coup de sang de Mendoza. Le joueur adverse n'a pas été blessé par ce jet de ballon anodin, que je sache. Cet incident, comme d'autres par la suite, démontre en tout cas que le referee n'avait pas totalement le match sous contrôle.

Privé d'office de ses deux exclus du jour, Martens (1 match de suspension automatique) et Mendoza (dont l'exclusion directe cas sera examinée à l'UEFA) pour le déplacement à l'Ajax que manquera peut-être Stoica dont on ne connaissait pas encore la gravité de la blessure avant l'échographie de ce mercredi, Trond Sollied refuse de céder à la panique. Avec Simic, Lange et Saeternes, j'en ai encore trois autres, des attaquants ! Et quinze jours pour ramener dans les rangs ce rien de sérénité qui fait actuellement défaut au Club.· Fr. L.

En deux mots

Maertens. J'ai sollicité mon remplacement après avoir reçu un coup sur la cuisse.

Englebert. Il n'était pas facile pour moi d'entrer dans le match comme il n'était pas évident pour l'équipe de gérer une situation défavorable en situation d'infériorité numérique. Vu les circonstances, on peut s'estimer heureux de ce partage, d'autant que la réaction d'orgueil que nous avons affichée est encourageante à plus d'un titre.

Verheyen. En Belgique, on n'a pas l'habitude d'affronter des équipes capables de monopoliser le ballon comme le Celta l'a fait ce soir. Après le 0-1, nous n'avons pas paniqué malgré la présence d'un arbitre aussi mauvais que celui qui, l'an dernier, avait dirigé le match contre Moscou.

Simons. Nous avons osé prendre des risques calculés durant les 25 dernières minutes, alors que Mendoza avait été exclu. Avec un peu plus de réussite, nous aurions même pu l'emporter.

Clement. Les rapports de scouting de Chris Van Puyvelde étaient apparemment meilleurs que l'avis de la presse belge. Non, cette équipe n'était pas l'équipe la plus faible du groupe et oui, nous avons toutes les raisons d'être heureux. (D. Chr.)

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une