Accueil
Retour aux résultats de la recherche

Ath - Lucia Picaro au Festival international de théâtre de tréteaux Les visages de la commedia dell'arte

Temps de lecture: 2 min

Ath - Lucia Picaro au Festival international de théâtre de tréteaux

Les visages de la commedia dell'arte

BRUNO DEHENEFFE

Promouvoir l'art des planches en milieu rural, tel est le but poursuivi par les organisateurs du festival international de théâtre de tréteaux qui plante son décor du 8 au 22 mai au coeur du Pays Vert. Initiées en 2001, ces rencontres de commedia dell'arte favorisent les échanges entre comédiens et autochtones, lesquels assistent au processus de création des spectacles, confie Magali Dereppe, animatrice à la Maison Culturelle d'Ath.

L'édition 2004 investira l'espace public mais également le milieu scolaire. Six compagnies se produiront en plein air. Des troupes de renom comme L'Ophabom Théâtre (Londres) interpréteront des classiques du jeu masqué : « La Nuit des Rois », « Les Fourberies de Scapin », « Robin des Bois »... En marge de ces représentations, Lucia Picaro lève le voile sur les techniques de fabrication et la symbolique des masques du théâtre italien à travers une exposition visible jusqu'au 22 mai dans les caves du château Burbant. Intitulée « Maschera Commedia e tutti quanti », celle-ci présente une vingtaine de pièces derrière lesquels se cachent des personnages emblématiques de la commedia.

Native de La Hestre, Lucia Picaro (37 ans) raconte : A 18 ans, j'ai éprouvé le besoin de retrouver mes racines transalpines. Je suis partie vivre à Rome, une ville superbe qui m'a connectée à l'art et au théâtre. Sur les bords du Tibre, Lucia s'est essayée à une palette de disciplines (dessin, stylisme, musique, danse, cinéma et théâtre), avant de découvrir sa voie : Je ne me sentais pas une âme de comédienne ; c'est l'envers du décor qui m'attirait... Diplômée en scénographie, la jeune femme s'est spécialisée dans la conception de masques théâtraux. D'abord au contact de grands maîtres italiens qui lui ont transmis le souci du détail, de la finition et du raffinement. Puis indonésiens, qui excellent dans la sculpture du bois lui servant de moule. Contrairement à l'Occident, la tradition du masque ne s'est jamais interrompue sur le continent asiatique.

Lucia dispense aussi des formations et dirige la troupe athoise Mascarpone dont la première création sera montrée le 20 mai lors des « Sortilèges au Château ». Pour elle, le quatrième acte sera celui du théâtre grec, dont elle entend percer les mystères à travers de nouveaux voyages et des recherches historiques.·

Expo (gratuite) le week-end de 10 à 17 h ; en semaine sur réserv. (0478-982 231). Info festival : 068-269 989.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une