Accueil

Musique Les suites de l’affaire « Ça plane pour moi » : Nous n’avons pas piégé Plastic

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Nous ne comptions pas revenir sur cette lamentable affaire qui fait les choux gras de la presse internationale. Notre article titré « Ce n’était pas ma voix, mais… » a secoué jusqu’au landerneau médiatique français qui, en période estivale calme, est toujours en quête de polémiques bien saignantes.

Mais comme Plastic Bertrand, s’estimant piégé ou son ironie mal comprise, se répand depuis en dénégations et remet par la même occasion en cause notre professionnalisme, il nous contraint ici à apporter – avec la neutralité que notre métier requiert – quelques précisions.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs