Roland Mahauden continuera à écouter le bruit des os qui craquent

Voilà vingt ans que Roland Mahauden est à la barre du Poche, qu’il y traîne sa « dégaine de clochard » comme le raillait l’un des derniers Contes Urbains. Si son allure ne paye pas de mine, son engagement est, à l’opposé, d’une étoffe robuste. Lui qui, avec Isabelle Paternotte, a créé Article 27 pour donner un accès culturel aux plus précaires, est aussi très investi sur le plan de l’Afrique. Il y a mené campagne pour sensibiliser au drame des enfants soldats ou de ceux accusés de sorcellerie. Il y a formé des comédiens, organisé de vastes tournées, et mis en scène des spectacles bouleversants. C’est en Afrique qu’il a rencontré Roger Domani, fondateur du Poche. Ensemble, ils ont parcouru plus de 15.000 kilomètres de brousse, dans un Zaïre en pleine rébellion, pour mettre sur pied un ballet de 80 danseurs, acclamé à Dakar au premier Festival Mondial des Arts Nègres.

Pour mieux comprendre son combat, il faut (re)voir sa mise en scène (actuellement à l’affiche) du Bruit des os qui craquent de Suzanne Lebeau, histoire de deux gamines enfants soldats tentant d’échapper au groupe rebelle qui les a enlevées. Sur scène, une comédienne congolaise et une comédienne rwandaise parlent chacune dans leur langue pour contrer les logiques de la haine. Si, aujourd’hui, Roland Mahauden passe progressivement la main à Olivier Coyette à la direction artistique, il entend poursuivre son travail sur les relations nord-sud, pas seulement en lien avec ce Congo qu’il connaît si bien. Lui qui a collaboré avec la Palestine, Haïti, le Burkina, pourrait bien élargir encore son champ. Il a récemment voyagé en Afghanistan en compagnie de Lorent Wanson pour un projet théâtral à découvrir la saison prochaine. Des os qui craquent, il n’a pas fini d’en fouiller la clameur, et pas seulement en Afrique. La saison prochaine, il mettra en scène Le voyage d’Alice en Suisse de Lukas Barfuss, sur le thème de l’euthanasie. Un sujet on ne peut plus d’actualité, pour un théâtre voué, une fois de plus, à secouer les gens.

Sur le même sujet
DakarAfriqueAfghanistan