Accueil

Etterbeek Le droit de superficie pour diminuer les prix

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Le Community Land Trust (CLT) Bruxelles n’est pas le seul à dissocier le terrain du bâtiment.

La commune d’Etterbeek a recours depuis plusieurs années au droit de superficie pour diminuer le prix de vente de certains de ses logements. «Aujourd’hui, un jeune couple qui vit à Bruxelles aura bien des difficultés à acheter un bien immobilier. Par contre, si on sépare le terrain de l’immeuble, et qu’on ne vend que le second, les prix deviennent beaucoup plus accessibles, résume Vincent De Wolf, bourgmestre MR d’Etterbeek. L’acquéreur ne payera pas le terrain, devra s’acquitter de droits d’enregistrement réduits, 2% au lieu de 12,5%, et le transfert de propriété n’ayant lieu que pour 50 ans, le prix d’achat sera d’office moins élevé. En définitive, les gens achètent donc pour environ 60% du prix normal.»

Seul élément impératif du droit de superficie: il ne peut être supérieur à 50 ans. Pour le reste, chaque propriétaire le module à sa façon.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs