Retour aux résultats de la recherche

Comment le Luxembourg dribble le fisc belge

Notre enquête sur la manière dont les mécanismes de « ruling » fiscal luxembourgeois fonctionnent et font perdre des milliards d’euros à la Belgique.

Temps de lecture: 2 min

Près de 550 dossiers. Plus de 28.000 pages. Des documents classés « confidentiels » par les autorités luxembourgeoises. L’affaire des #LuxLeaks mis au jour par « Le Soir » et l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ, Washington) révèle les petits arrangements fiscaux (rulings) entre l’administration fiscale luxembourgeoise et des sociétés, multinationales.

Parmi elles, 26 belges dont le Groupe Bruxelles Lambert d’Albert Frère, Lhoist, Belgacom, Banque Degroof,... Mais aussi des sociétés comme Ikea, Pepsi et FedEx sur la scène internationale. Point commun entre tous ces arrangements : ils permettent aux sociétés en question de payer moins d’impôt. Ils attirent surtout des revenus au Luxembourg, en réduisant par la même occasion l’assiette fiscale des groupes dans les autres pays du monde, dont la Belgique.

Les experts qui nous ont aidés à décrypter les documents reçus sont formels : certains cas sont « stupéfiants », et contraire aux principes de concurrence défendus par la Commission Européenne.

Une Commission qui enquêtait déjà sur les pratiques luxembourgeoises peu transparentes. Et ironie du sort, le nouveau président de cette Commission, Jean-Claude Juncker, n’est autre que l’ancien Premier ministre et ministre des Finances luxembourgeois...

Notre enquête complète (abonnés) : « Comment le Luxembourg siphonne les revenus belges »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une