Accueil

Montrouge : l’ADN

du gilet n’est pas

celui de Salah

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Montrouge : l’ADN

du gilet n’est pas

celui de Salah

L’ADN retrouvé sur un gilet explosif appartenant aux terroristes qui avaient frappé Paris le 13 novembre dernier et qui avait été retrouvé par des éboueurs à Montrouge le 23 novembre, n’appartient pas à Salah Abdeslam, selon des informations diffusées vendredi par la chaîne BFMTV. Les enquêteurs de la police scientifique ont établi que les traces papillaires présentes sur ce dispositif explosif étaient celles de Bilal Hadfi, l’un des deux kamikazes du stade de France qui s’était fait exploser, sans faire de victimes. L’enquête téléphonique avait permis d’établir sa présence dans le quartier Montrouge-Châtillon-Bagneux, d’où il avait appelé ses amis Mohamed Amri et Hamza Attou, les deux Molenbeekois venus le chercher à Paris. Salah, pensent les enquêteurs, aurait renoncé à commettre un attentat prévu dans le XVIIIe arrondissement.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs