Accueil

Un sacrifice contesté

de 2,5 hectares d’espaces verts

Le terrain dit du Donderberg, au bas

du Stuyvenberg, doit accueillir la construction

d’une école, d’une salle de sport et de 75 logements.

D’accord pour une école, disent les riverains,

mais c’est trop de béton.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Vu du ciel – merci Google Maps ! –, c’est un petit bout d’espace vert de 2,5 hectares (tout de même), telle une excroissance dans la vaste coulée verte qui se déverse depuis le plateau du Heysel jusqu’au Canal, et qui couvre le domaine Royal ou le Stuyvenberg. Une excroissance en intérieur d’îlot, puisqu’elle est délimitée par les rues des Horticulteurs, du Mont Saint-Alban et Médori, et au Nord, par le Stuyvenberg. Un petit bout de terre qui avait été offert à l’Etat belge par le roi Léopold II, qui souhaitait qu’on en fît un « village d’enfants ». Sa gestion fut confiée à la Donation royale, qui la céda ensuite au CPAS de la Ville de Bruxelles, qui la transmit à la Ville. Un bel héritage que ce terrain dit du Donderberg. Un héritage pour lequel la Ville de Bruxelles a de grands projets : elle souhaite en effet y construire une nouvelle école de 672 élèves, une salle de sport et 75 logements, en un vaste projet baptisé « Hop ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs