Accueil

Un an après les attentats: pourquoi faut-il se souvenir?

Pour Laurent Licatta, professeur à l’ULB, la commémoration permet de « ne pas laisser sombrer dans l’oubli les événements qui ont marqué une communauté ».

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Un an jour pour jour, les Belges perdaient leur innocence. Mardi 22 mars, à 7h58, deux bombes explosaient à l’aéroport de Zaventem, suivi d’une troisième déflagration presque une heure plus tard à la station de métro Maelbeek à Bruxelles. Un an après l’horreur, la capitale et la Belgique se rassemblent pour commémorer, pour se souvenir. Mais en quoi est-ce si important de le faire ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs