Accueil

Le camp indépendantiste se lézarde

Le président

du parlement s’est attiré les foudres de certains partis indépendantistes.

Le bras de fer

se poursuit avec Madrid.

Carles Puigdemont

est toujours en Belgique.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Nous ne désignerons pas d’autre candidat. » Mettant fin (temporairement) au suspense, le président du parlement catalan, Roger Torrent, a annoncé mardi que l’investiture de Carles Puigdemont en tant que président de la Catalogne était « reportée à une date ultérieure ». S’il ne précise pas laquelle, il pose comme condition que « toutes les garanties juridiques soient réunies ». Autrement dit que le chef de file des indépendantistes ne risque pas l’emprisonnement en cas de retour en Espagne.

Une session d’investiture reportée donc, mais pas suspendue puisque l’indépendantiste Roger Torrent a bien insisté sur le fait qu’il ne proposerait pas d’autre candidat que Puigdemont : « Je ne présenterai pas d’autre candidat. Ni la vice-présidente espagnole ni le tribunal constitutionnel ne pourront décider de qui doit gouverner la Catalogne. Nous présenterons des recours. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs