Trouver sa place malgré les troubles psy

Avant mon entrée à l’hôpital, je cherchais des aides partout. Je ne me sentais plus bien nulle part : chez moi, avec ma famille, mes amis… tout me semblait hostile et invivable. » Ces mots, ce sont ceux de Léa (nom d’emprunt), 24 ans. Ils témoignent de son mal-être, quand une histoire d’amour qui tourne mal l’a rendue dépressive. « Les psychologues que j’ai rencontrés ne me comprenaient pas et le service psy de mon université était débordé. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite