Accueil

« Il faudra peut-être envisager de saisir l’Europe »

ne disposent pas des moyens humains auxquels ils ont légalement droit. Après le cri d’alarme

du premier président de la cour d’appel de Mons, le plus haut magistrat du pays, Jean de Codt, embraie et avertit

d’une éventuelle saisine des autorités européennes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 6 min

La justice craque de partout. » C’était en ces termes que Philippe Morandini, le premier président de la cour d’appel de Mons, avait interpellé la semaine dernière, dans Le Soir, les parlementaires dans l’espoir d’obtenir des crédits supplémentaires – via les douzièmes provisoires – permettant la nomination de juges, notamment. Son appel a fait écho. Jean de Codt, le premier président de la Cour de cassation, partage la même irritation profonde à voir le monde politique piétiner la loi. Et ajoute à sa critique une admonition : le pouvoir judiciaire pourrait réfléchir à saisir le commissaire européen à la Justice afin que celui-ci introduise un recours en manquement contre l’Etat belge.

D’où vient la difficulté des politiques à comprendre le monde judiciaire, à lui accorder des moyens suffisants ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs