Accueil

La ligne haute tension, illégale depuis 11 ans, est toujours bien là…

Cela fait 11 ans que

le Conseil d’Etat a cassé un permis pour l’implantation d’un second terne électrique sur une ligne haute tension reliant Aubange à Esch-sur-Alzette.

Les opposants aubangeois estiment qu’on se moque d’eux et vont passer à l’action.

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 5 min

Voici un an exactement, les opposants aubangeois à une ligne électrique haute tension de 220 kV « célébraient » un anniversaire qui leur restait en travers de la gorge. Et qui le reste toujours, d’ailleurs…

Au-dessus des habitations

En effet, le 2 juillet 2008, le Conseil d’Etat avait annulé, pour cause de violation de la notion d’utilité publique, le permis d’urbanisme délivré en juillet 2000 à la société CPTE, devenue depuis lors Elia Asset. Ce permis portait sur le placement d’un terne - qui rassemble les 3 phases électriques, ou triphasé - supplémentaire de trois lignes électriques placé sur la ligne haute tension existant depuis 1972 entre Aubange et Esch-sur-Alzette, où elle alimentait une centrale gaz-vapeur et les fours électriques des aciéries.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs