Les plans retrouvés de l’architecte maudit du palais de justice

A la fin du XIXe siècle, Charles Garnier, l’architecte éblouissant de l’opéra de Paris, de passage à Bruxelles, fut subjugué par l’audace de son confrère belge, Joseph Poelaert, au point de déclarer : « On ne fait en ce moment ici qu’un monument au monde, et c’est le palais de justice. » Le poète maudit, Paul Verlaine, ajoutera que l’édifice est « babélique » et « michelange-esque ».

Cent cinquante ans après la pose de la première pierre de ce grand œuvre et deux cents ans après la naissance de son architecte, les plans envoûtants de cet édifice pharaonique ont enfin été retrouvés. Au début des années 1980, les auteurs du catalogue de l’exposition Poelaert et son temps se désolaient encore de leur disparition. La légende urbaine affirmait qu’ils avaient disparu dans l’incendie du palais allumé par les Allemands le 2 septembre 1944.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite