Accueil

Le port d’Anvers, plaque tournante

du commerce d’armes vers Ryad

Des documents inédits obtenus par « Le Soir » et « Knack » précisent le rôle central du port d’Anvers dans l’approvisionnement de l’Arabie saoudite en matériel de guerre. Et permettent de mieux mesurer l’ampleur d’un commerce qui pèche par son manque

de transparence.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

En mai dernier, relevaient plusieurs médias, des armes wallonnes étaient chargées à Anvers à bord d’un des navires de la compagnie saoudienne Bahri. Cette société, comme l’ont révélé plusieurs enquêtes (Dont BelgianArms, menée au printemps dernier par Le Soir et des partenaires), est l’interlocutrice quasi unique des sociétés d’armement et des logisticiens lorsqu’il s’agit d’approvisionner Ryad en fournitures militaires. Et de nourrir ce conflit qui, depuis 2015, dévore le Yémen.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs