Accueil

Le viager se sent

pousser des ailes en Wallonie

Trevi fête les dix ans de la création de sa cellule « viager » active à Bruxelles et en Wallonie. Tous les deux jours, le réseau enregistre une demande de calcul actuariel en vue d’une transaction. Le prix de vente moyen des biens s’établit à 190.000 euros.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Depuis trois ans, Albert Rasquain s’est entièrement investi dans un marché de niche en pleine expansion : le viager. Docteur en chimie reconverti dans l’immobilier après un passage par la bancassurance, ce Hutois est responsable du département viager du groupe Trevi pour la Région wallonne. C’est d’abord à Charleroi qu’il remet au goût du jour ce modèle acquisitif tombé en désuétude. Avant 2016, il gère en effet sa propre agence et teste le produit. La crise financière de 2008 qui a plombé les taux d’intérêt de l’épargne lui donne un solide coup de main. « Au vendeur, le viager occupé apporte la double perspective d’un capital et d’une rente mensuelle indexée avec réserve d’usufruit, c’est-à-dire le droit de continuer à habiter ou à louer son bien jusqu’au décès », rappelle-t-il. « Pour l’acheteur, c’est une formule alternative d’accès à la propriété sans prêt hypothécaire. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs