Accueil

Qui développe le logiciel belge ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

En Belgique, le cabinet De Backer (responsable de l’Agenda numérique et de la Protection de la vie privée) indique avoir reçu de nombreuses propositions et les examiner, en évaluant les aspects vie privée, sécurité… Il n’en dit pas plus. Des offres émanent du secteur privé – le développeur d’application namurois Inforius, entre autres –, d’autres du milieu académique. La KU Leuven est ainsi fortement impliquée dans les discussions. Elle fait partie d’une alliance paneuropéenne de chercheurs (« Pan-european privacy preserving proximity tracing ») qui développe outils et standards technologiques mis à disposition des pouvoirs publics. Au sein de cette alliance, l’université est active dans un sous-groupe qui défend une approche décentralisée (« D3-PT »). « Notre solution est interopérable entre pays », explique le professeur en charge Bart Preneel. « Chaque pays aura sans doute son application nationale.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs