Accueil

« J’ai besoin de vivant, d’inca rnation, de chair »

En plein confinement, Ariane Ascaride écrit à son père mort il y a 20 ans. Pour lui raconter l’aventure dans laquelle nous sommes tous embarqués.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

C’était au début du confinement. La voix d’Ariane Ascaride sur France Inter, lisant une lettre à un ado inconnu (ci-contre). Magnifique, bouleversante, contenant les réalités du confinement et ce que l’actrice incarne et défend : une humanité généreuse et intelligente. Puis, nous avons découvert que celle qui avait reçu le prix d’interprétation au Festival de Venise l’an dernier pour Gloria mundi, de son mari Robert Guédiguian, faisait mille autres choses pendant cette période singulière. Dans le cadre de « Gardons le lien », Unifrance nous a mis en contact avec l’actrice confinée chez elle à Montreuil, loin de Marseille et ses calanques. Rencontre passionnée.

En ce moment, comment occupez-vous vos journées ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs