Accueil

COIB : vers la mère

de toutes les élections

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 2 min

La nouvelle de la candidature de l’ex-judokate Heidi Rakels à la présidence du COIB, jeudi soir, a fait l’effet d’une petite bombe dans les milieux olympiques belges, non seulement par ce qu’elle a été annoncée à deux jours de la date limite mais aussi parce que personne ne l’avait vue venir… à part ceux qui l’ont inspirée, bien sûr. Il apparaît, en effet, étonnant que la médaillée de bronze des JO de Barcelone, qui avait quitté les sphères sportives depuis 2004, ait découvert par hasard, comme elle le prétend, que le poste allait se libérer avant de se dire qu’il pourrait l’intéresser.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs