Accueil

Pourquoi l’utilité d’une 3e dose

ne fait pas l’unanimité

Israël lance une campagne

pour la troisième dose de vaccin anti-covid. La France et

la Grande-Bretagne y songent également. Mais pour

les experts, l’urgence n’est pas là.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Deux mille cent quarante cas de covid recensés en Israël depuis les dernières 24 heures – un record depuis mars –, 286 personnes hospitalisées en raison du virus dont plus de 160 dans un état grave. Ces dernières semaines, le nombre de contaminations, puis d’hospitalisations, est reparti à la hausse au sein de l’Etat hébreu avec la propagation du variant delta chez des adultes non vaccinés mais, plus préoccupant, également chez des personnes qui avaient été vaccinées il y a plus de six mois. Il n’en fallait pas plus au gouvernement israélien – qui s’était montré particulièrement offensif pour lancer sa campagne de vaccination en décembre dernier – pour prendre de nouvelles mesures. Ce vendredi, Israël a lancé une campagne en faveur d’une troisième dose de vaccin destinée aux personnes âgées de plus de 60 ans. Se lançant dans l’inconnu.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs