Accueil

Aleph Quintet orientalise le Saint-Jazz

Le Saint-Jazz fête ses 35 ans à Saint-Josse. Avec Margaux Vranken, Nathalie Loriers, Pauline Leblond, Greg Houben, Bireli Lagrène

et Aleph Quintet qui a invité Fabrizio Cassol.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 3 min

Aleph, c’est la première lettre des alphabets arabe, hébreu, grec, c’est le symbole du début de toute chose et cela rejoint la fin de toute chose. Un nom très spirituel pour un quintet qui l’est tout autant. Ces cinq Bruxellois ont mélangé leurs racines, jazz, orientales, classiques, rock même, pour offrir une musique superbe qui amalgame ces influences dans une alchimie nouvelle, réjouissante et profondément ressentie.

Le groupe a presté son premier concert en 2018. Tout est parti d’un voisinage. « Je jouais du violon jazz chez moi, raconte Marvin, et j’entendais du violon arabe à côté. Je suis allé frapper chez lui. C’était Akram. On a monté alors une équipe de musiciens. Akram est passé à l’oud, Théo nous a rejoints à la basse, Wajdi au piano et Max à la batterie. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs