Accueil

Tibor Navracsics, l’Européen modéré d’Orbán

L’ancien commissaire européen hérite des affaires continentales

dans le nouveau gouvernement magyar. Objectif pour ce conservateur

bon teint : arrondir les angles entre Budapest et l’UE, s’affrontant

autour de l’Etat de droit et du projet d’embargo sur le pétrole russe.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Tibor Navracsics incarne l’une des recrues les plus remarquées du nouveau gouvernement de Viktor Orbán, annoncé le vendredi 13 mai. Chargé du développement régional et des fonds européens, il reprend les affaires continentales à la plus radicale et clivante Judit Varga, gardant néanmoins la justice. Placardisé politiquement pendant huit ans, Navracsics retrouve grâce aux yeux de « Viktor », s’appuyant sur ce modéré comme tampon entre Bruxelles et lui.

Vétéran du Fidesz, Navracsics a piloté la communication de la chancellerie durant le premier mandat Orbán (1998-2002) puis intégré le parlement en 2006. Ministre de la Justice entre 2010 et 2014, il a épaulé la nouvelle loi fondamentale et la réforme du système électoral mais des conflits constitutionnels l’éloignèrent d’Orbán. Au sein de son parti, il a ainsi perdu de l’influence face à la star montante de l’époque, János Lázár, l’autre grand revenant de l’équipe Orbán V.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs