Décès de Raymond Pulinckx, fin renard de la concertation

Décès de Raymond Pulinckx, fin renard de la concertation

Décédé hier à 75 ans, Raymond Pulinckx a été, durant un quart de siècle, comme administrateur délégué de la Fédération des entreprises de Belgique, l'un des premiers couteaux de la concertation à la belge. Celle-ci était, à l'époque, un théâtre de «prima donna», où le madré Pulinckx, gouailleur et «brusseleir» en diable, affrontait les duettistes syndicaux, dissemblables comme des faux frères, l'élégant et très coupant Debunne (FGTB), et le rond Jef Houthuys (CSC), aussi jovial qu'autoritaire.

Pulinckx, le fils d'un tailleur scharbeekois, avait un style tout à l'opposé des grands bourgeois hautains qui composaient, à l'époque, la brochette des «patrons des patrons» successifs. Ses talents de fin renard en négociation se doublaient d'un grand respect de la parole donnée. Il a conclu neuf accords interprofessionnels, disant modestement: Je crois que j'ai pu contribuer à la création d'un certain climat social.

Son meilleur souvenir: avoir réussi en 1981 un accord évitant une intervention autoritaire du gouvernement pour imposer la modération salariale. Je savais que des mesures très douloureuses allaient suivre. Il ne fallait pas déclencher trop tôt la mobilisation syndicale.

Son grand regret: Ne pas avoir réussi à convaincre les organisations syndicales qu'il fallait absolument freiner la cascade d'indexations, d'augmentations ininterrompues des salaires et des prix.

Retraité à la FEB en 1989, Raymond Pulinckx avait gardé de nombreux mandats d'administration. Il nous avait confié, lors de son départ: Je n'ai abandonné que le tennis. Je ne pourrais pas accepter de laisser passer des balles.

Raymond Pulinckx avait décroché son «premier emploi» à la Fédération des industries de Belgique en 1946. Il a été à la base de la fusion de la Fédération des industries belges et de la Fédération des entreprises non industrielles de Belgique pour constituer la Fédération des entreprises de Belgique.

Il lâcha la FEB lorsque Jacques Van der Schueren, ministre des Affaires économiques, l'appela comme chef de cabinet. Mais à la carrière politique, aux offres dorées de l'Inno, des Acec ou de Cobepa, il préféra le retour au bercail patronal: il y a exercé les fonctions d'administrateur-directeur général de 1961 à 1970 et d'administrateur délégué de 1970 à 1989.

Selon le communiqué de la FEB, M. Pulinckx a contribué de manière décisive dès les années 60 à la création d'un encadrement propice au développement des entreprises et à la croissance économique. Il a marqué d'une empreinte durable les relations sociales de notre pays.

La FEB rend un vibrant hommage à l'action de son ancien administrateur délégué.

B. V.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Fin de vie et mort|Belgique|CSC|FGTB