DECOUVERTE Le Mur de l'Atlantique tel qu'il était en réalité Retrouvez l'ambiance du Jour le plus long dans les dunes de Raversijde, au musée en plein air Mur de l'Atlantique. Un musée unique au monde, d'une valeur archéologique militaire incomparable. PRATIQUE

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

DECOUVERTE Le Mur de l'Atlantique tel qu'il était en réalité Retrouvez l'ambiance du Jour le plus long dans les dunes de Raversijde, au musée en plein air Mur de l'Atlantique. Un musée unique au monde, d'une valeur archéologique militaire incomparable. EDDY SURMONT

Les historiens sont unanimes. Le musée du Mur de l'Atlantique à Raversijde (Ostende) est un site exceptionnel. Il s'agit du seul tronçon de cette envergure qui subsiste. Ce mur imaginaire avait été construit sur ordre de l'armée allemande entre 1940 et 1945, et s'étirait sur 5.300 km, depuis la Norvège jusqu'en Espagne, avec plus de 15.000 fortifications. Il restait aussi quelques constructions de 14-18.

Le prince Charles a catégoriquement refusé que l'on détruise les bunkers et les dédales de couloirs souterrains dans les dunes de sa propriété, affirme le conservateur Aleks Deseyne du Domaine Raversijde. Sans sa perséverance parfois obstinée, aussi bien dans l'entre -deux-guerres qu'après la Deuxième Guerre mondiale, nous ne disposerions pas aujourd'hui d'un musée qu'on nous envie partout en Europe.

Depuis le 1er janvier, plus de 60.000 visiteurs se sont présentés à la caisse du musée en plein air. En été, ils sont plus de mille tous les jours. Il faut donc un peu patienter à l'entrée. Tout d'abord, une visite s'impose à la Villa Bastien où une mini-exposition donne une idée générale. Suit un circuit de trois kilomètres, comprenant quelque 75 fortifications!

«Toutes les armes

et autres pièces

sont authentiques»

Dûment fléché, en vert pour la première partie composée de la batterie Aachen, de 13 autres bunkers de la guerre 14-18 et d'un nombre de casemates datant de la Deuxième Guerre mondiale. En jaune pour la partie sud, constituée des éléments principaux de la batterie Saltzwedel-Neu. Elle a été nommée Tirpitz vers la fin de la guerre.

Vingt bunkers et bases de pièces d'artillerie reliés par des galeries souterraines. Une partie a été restaurée, aménagée et meublée avec du matériel authentique.

Nous avons voulu reconstituer cette partie du Mur de l'Atlantique telle qu'elle était, souligne Aleks Deseyne. Toutes les armes et autres pièces sont authentiques, et y ont leur place . Ce n'était pas spécialement le plus facile à réaliser, mais le seul moyen historiquement défendable.

A Raversijde, vous ne trouverez aucun canon, aucun uniforme, même pas une gamelle qui n'a vécu les événements.

La promenade mène d'abord vers la batterie Aachen qui, pendant la guerre 1914-1918, occupait l'ensemble du domaine royal. Elle avait été conçue pour défendre l'entrée du port d'Ostende. C'est de là que les artilleurs du corps de marine allemand ont lancé sans hésiter leurs obus sur les tranchées des troupes alliées le long du front de l'Yser!

Aux endroits historiques tout le long du circuit, des photos racontent la situation à l'époque, ce qui fait mieux comprendre l'importance du site.

A chaque point intéressant est indiqué le numéro qu'il faut introduire dans votre audioguide, qui vous apprendra (en français, mais spécifiez-le à la caisse!) tout, jusque dans les moindres détails.

Le bunker 6 révèle une des merveilles du musée Mur de l'Atlantique, avec la reconstruction fidèle d'un bunker destiné au personnel.

On se croirait revenu 85 ans en arrière, en voyant les artilleurs de la marine vêtus de leur tenue blanche ou bleue. Comme s'ils étaient prêts à sortir et crier «Feuer!»!...

A partir du bunker 8, nous voilà dans la partie construite pendant la Deuxième Guerre mondiale. Remarquables, ces bunkers-toilettes et «Millöcker» (casemates). Entièrement reconstitués, poêle réglementaire et mobilier inclus, les fusils, les grenades à manche et les masques à gaz pour les soldats et des officiers en uniforme nazi...

On ne peut s'empêcher d'être impressionné en passant le long de la «Paradeplatz», où le maréchal Rommel passait les troupes en revue le 21 décembre 1943. Le projecteur lançant sa lumière jusqu'à 10 km de haut, les différentes constructions devant empêcher l'invasion alliée par la plage, les pièces d'artillerie, tout y est resté intact.

Plus loin, nous entrons dans la maison du pêcheur qui faisait office d'habitation pour le commandant de la batterie. Puis s'enchaînent les batteries d'artillerie avec leurs pièces d'origine, le poste de commande, la chambre des cartes, le centre de commmunication...

Une visite à ne manquer sous aucun prétexte, à marquer en rouge dans votre agenda de vacances et qui, à elle seule, vaut le déplacement à la mer.

PRATIQUE

Domaine Raversijde. Chaussée de Nieuport, 636, Ostende. Tél.: 059-70.22.85. Deux parkings gratis.

Heures d'ouverture. Jusqu'au 31 août de 10 h 30 à 18 h (caisse ouverte jusqu'à 17 h). Du 1 er septembre au 11 novembre de 14 à 17 h (caisse ouverte jusqu'à 16 h).

Durée de la visite. Comptez minimum 2 h 30 pour le circuit intégral.

Prix d'entrée. 200 francs (adulte, guide électronique compris). Combi-ticket pour les trois musées (Mur de l'Atlantique, mémorial Prince Charles, Walraversijde) 350 francs. Enfants moins de 12 ans (accompagnant un adulte) gratis. Prix spéciaux pour groupes, et écoles.

Catalogues. Un livre historique sur la batterie Aachen par Aleks Deseyne, ainsi qu'un livre consacré à la batterie Saltzwedel-Neu/Tirpitz par Mariette Jacobs, avec traduction intégrale en français, sont en vente à la caisse.

Exposition. Dans la salle au premier étage du mémorial Prince Charles se tient jusqu'au 11 novembre l'exposition «Alfred Bastien et le Panorama- de l'Yser».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une