Deux Belges victimes d'une coulée de neige Mortelle randonnée dans les Vosges

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 2 min

Deux Belges victimes d'une coulée de neige Mortelle randonnée dans les Vosges

PARIS

De notre envoyée spéciale

permanente

Ils étaient neuf, samedi. Neuf Belges partis du col de la Schlucht, dans les Vosges: direction la balade et la glisse. Ils venaient de Bruges, d'Ostende, de Dostkemp ou de Putte. La randonnée en raquettes était organisée par une association de Flandre occidentale. Mais l'excursion dans le massif du Hohneck a très vite tourné au cauchemar. Dans l'après-midi, le groupe a été surpris par une coulée de neige. Deux des neuf randonneurs ont été ensevelis. Les autres ont été si marqués qu'ils ont expressément manifesté leur souhait de ne pas être interrogés par la presse .

Le corps d'Anita Meten, 35 ans, de Bruges, a été retrouvé quelques heures après l'avalanche, samedi, par le peloton de gendarmerie de montagne de Muns -ter, mais n'a pu être ramené que le lendemain dans la vallée, les secours étant gênés par des conditions climatiques détestables.

Après une interruption des recherches durant la nuit, le corps de Johan Pelgrims, 30 ans, originaire de Putte, a été localisé dimanche matin.

Un groupe de randonneurs a croisé la route des excursionnistes belges dès samedi après-midi. Ils erraient, complètement hagards, sur le sentier du col du Falimont , ont-ils rapporté. Les sauveteurs n'ont rien pu faire, gênés notamment par de fortes chutes de neige et de violentes rafales de vent.

L'endroit, à en croire les spécialistes, est habituellement peu propice aux avalanches. Le même jour, pourtant, dans la vallée de Munster, une autre coulée de neige avait supris un groupe de randonneurs sur les pentes du Kastelberg, à 1.200 mètres d'altitude. En fin de matinée, les quatre randonneurs français ont été emportés sur cent mètres! Deux d'entre eux ont été blessés, mais leurs jours ne sont pas en danger.

Selon les spécialistes, ces soudaines avalanches sont le fait d'un brutal redoux dans les Vosges après une semaine de températures négatives.

JOËLLE MESKENS

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une