Diane Kruger arnaque Dany Boon

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

La voix d’Olga diffuse l’âme slave. D’habitude, c’est plutôt la salsa, la bachata, le merengue qui résonnent entre les murs de La Tentation, rue de Laeken à Bruxelles. Mais magie du cinéma, le lieu est transformé en cabaret russe. On y sert de la vodka givrée et on danse la kalinka. « Coupez ! ».

Pascal Chaumeil, le réalisateur de L’arnacœur, tourne son nouveau film, Un plan parfait. Il arrête la chanteuse Olga dans son élan, s’assied à une table et discute le coup avec Dany Boon et Diane Kruger, les vedettes de sa nouvelle comédie. Le couple doit arriver par le grand escalier, traverser la piste de danse et s’attabler. Quelques mots, une gifle, un éclat de rire. « Mise en place. Moteur. Action » La voix d’Olga et sa guitare repartent de plus belle. Les figurants ont du mal à ne pas fixer Diane Kruger en longue robe rouge et Dany Boon, toque de fourrure visée sur la tête.

Le tournage d’Un plan parfait, scénarisée par Laurent Zeitoun, également producteur du film, est dans ces derniers jours. Budget : 26 millions d’euros. Trois fois plus que L’arnacœur. D’où deux semaines de tournage au Kenya, sept jours en Russie, trois en France et cinq semaines en Belgique, via Scope Invest à hauteur de 20 % en coproduction. À l’écran, on ne verra rien de notre pays. Le spectateur ne saura jamais que l’avenue Foch est en fait uccloise ou que l’église de Braine-le-Comte a le look assez orthodoxe pour être russe. Autre magie du cinéma et conséquence du système attractif du Tax Shelter.

Jerry Lewis face à Grace Kelly

Un plan parfait raconte l’histoire d’une trentenaire paniquée par la malédiction familiale : tous les premiers mariages se soldent par un échec. Pour conjurer ce sort, elle a une stratégie : épouser un premier mari, en divorcer puis se remarier avec son amoureux de toujours. Plan infaillible sauf quand la cible est un rédacteur au guide du routard…

Le cinéma français creuse un nouveau sillon : la comédie romantique. Besoin de légèreté, de glamour dans un monde en crise ? Certainement. James Huth a réuni Sophie Marceau et Gad Elmaleh pour Un bonheur n’arrive jamais seul, qui sortira en juin. Billy Wilder, Lubitsch et Frank Capra inspirent l’Hexagone. Laurent Zeitoun a écrit Un plan parfait en pensant à Dany Boon et Diane Kruger. « J’aurai aimé voir une comédie avec Jerry Lewis et Grace Kelly, nous confie-t-il, espérant créer la surprise avec ce couple improbable. Ce film, c’est un hommage au Sauvage, avec Deneuve et Montand, aux films de De Broca. »

Dany Boon, qui sera à Forest National le 21 novembre avec son spectacle, avait déjà fait une tentative dans la comédie romantique avec Sophie Marceau, dans De l’autre côté du lit, de Pascale Pouzadoux. Après Rien à déclarer et ses huit millions de spectateurs, Un plan parfait est-il un plan parfait pour se reposer ? « Pas vraiment ! nous avoue-t-il. C’est beaucoup de travail. Depuis le mois de juin, j’apprends à danser. La danse russe, c’est quelque chose ! ». Même son de cloche chez Diane Kruger pour qui la comédie romantique est une première. Un mois durant, elle a suivi des cours de danse russe. « C’est incroyablement physique. Je suis de tous les plans et je suis épuisée comme jamais ! En même temps, on s’éclate vraiment sur le plateau. C’est génial de pouvoir demander à Dany des conseils sur le timing des blagues. Je suis plutôt dans des films intimistes. Ce terrain haut en couleurs est une découverte. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une