El Khattabi démissionne

Pénible dispute d'un couple aux conséquences dramatiques, à Schaerbeek. Mohamed El Khattabi, 39 ans, promu échevin de la Mobilité en janvier, doit quitter son poste moins de deux mois plus tard.

Les faits sont confirmés : dans la nuit de vendredi à samedi, il se dispute avec son épouse et la frappe. Elle a le nez cassé et porte plainte. Le dossier est mis à l'instruction le samedi 24. Mohamed El Khattabi passe la nuit en prison. Puis, libéré sous condition, il rentre chez lui sous surveillance médicale (il est en congé de maladie, sous certificat). Depuis lundi, il est effondré. Il n'a pas assisté au collège de ce mardi. Il a envoyé sa lettre de démission. « Une décision personnelle, précise-t-il, que j'ai prise sans subir aucune pression. J'assume cet acte. » Sa carrière politique paraît brisée.

Cette affaire a de sérieuses répercussions politiques, à Schaerbeek, où soufflent depuis des semaines des vents contraires. Après la saga de l'émergence de la nouvelle majorité MR-Ecolo, après la guerre de tranchées menée par le PS (des conseils communaux qui se terminent aux petites heures), c'est un fait privé qui risque de déstabiliser l'équipe au pouvoir.

Les violences conjugales sont un fait inacceptable. Les Verts ont beaucoup investi dans ce combat. Sans chercher à juger, Isabelle Durant, chef de file des Verts, estime que Mohamed El Khattabi a pris la bonne décision. « Il faut avoir un regard positif sur cette affaire. L'aspect privé ne nous regarde pas. Je note que la majorité n'est pas fragilisée par ce départ. Ce qui m'importe, c'est que le travail commencé se poursuive. Je constate que M. El Khattabi n'a plus la capacité d'exécuter son mandat politique et il en a tiré les conséquences. C'est Tamimount Essaidi qui reprendra temporairement ses compétences Il sera remplacé par la suite mais avancer une date et donner un nom maintenant, c'est franchement prématuré. »

Quant au bourgmestre Bernard Clerfayt, il reste volontairement en retrait. Pour deux raisons. D'abord, il estime que c'est une affaire interne du parti Ecolo. « Je n'ai pas de déclaration à faire pour l'instant. J'en ferai une ce soir en début de conseil. Elle tiendra en quelques phrases. Je me bornerai à constater que, pour des raisons privées, M. El Khattabi renonce à son échevinat. Le reste ne nous concerne pas. C'est un fait personnel et j'entends que nous restions corrects à l'égard de Mohamed et de sa famille. »

La continuité

Au collège de mardi, la question des compétences de Mohamed El Khattabi a été évoquée. Comme convenu, Tamimount Essaidi a repris les nombreuses compétences de son collègue : mobilité, travaux, développement durable. « Je tiens à préciser que le travail ne va pas s'arrêter avec le départ de Mohamed, dit-elle. Il avait constitué une bonne équipe (son chef de cabinet n'est autre que Philippe Debry, l'ancien échevin de la Mobilité, de l'Environnement et des Travaux publics d'Anderlecht). Elle va poursuivre le travail. Humainement, cette histoire est triste. »

Et l'échevine d'ajouter : « Je connais Mohamed depuis longtemps. Je précise qu'au collège, j'ai pu voir autour de moi une équipe soudée, attentive et des échevins à l'écoute. Tout s'est fait très dignement. Je ne pense pas que la majorité sorte affaiblie de cette affaire. »