Fortis : la Compagnie du Bois Sauvage n’a « rien à se reprocher »

« La Compagnie du Bois Sauvage a pris connaissance d’articles de presse selon lesquels elle serait soupçonnée d’avoir bénéficié d’informations privilégiées lors de la réalisation d’une partie importante de son portefeuille Fortis. La Compagnie du Bois Sauvage a répondu à toutes les questions qui lui étaient posées dans le cadre des enquêtes en cours et affirme avec vigueur qu’elle n’a rien à se reprocher », assure Vincent Doumier, son administrateur délégué, cité dans le texte.

Fin juin 2008, Bois Sauvage détenait encore 5,1 millions d’actions Fortis en portefeuille. En août, le holding s’est délesté d’un million de titres. Et le vendredi 3 octobre, juste avant la cession à BNP Paribas, il a encore vendu 3,6 millions de titres Fortis.

L’enquête judiciaire sur un délit d’initié dans l’affaire Fortis est surtout orientée vers le holding coté en Bourse Bois Sauvage, indique jeudi le journal De Tijd à bonne source. Une perquisition a eu lieu la semaine dernière dans les locaux du holding qui est actionnaire de nombreuses sociétés, parmi lesquelles la Banque Degroof, Cofinimmo, Neuhaus ou encore Recticel.

Le parquet de Bruxelles, qui mène l’enquête depuis plusieurs mois, a des indications concrètes selon lesquelles la Compagnie du Bois Sauvage a vendu pour plusieurs millions d’euros d’actions Fortis en tant qu’initié.

En cas de condamnation pour délit d’initié, Bois Sauvage risque de devoir s’acquitter d’une amende pouvant aller jusqu’à trois fois la valeur des actions vendues.

Le parquet de Bruxelles recherche encore qui -probablement au sein de la direction de Fortis- aurait informé Bois Sauvage pendant la période cruciale précédant la vente, début octobre, de Fortis à BNP Paribas.

Fin juin 2008, Bois Sauvage détenait encore 5,1 millions d’actions Fortis en portefeuille. En août, le holding s’est délesté d’un million de titres. Le vendredi 3 octobre, juste avant la cession à BNP Paribas, le dernier jour avant la suspension de cotation, Bois Sauvage a encore vendu 3,6 millions de titres Fortis. A ce moment-là, le cours de l’action s’élevait à 5,4 euros.

A la reprise de sa cotation, le 14 octobre 2008, après le démantèlement de Fortis, l’action Fortis avait dévissé de près de 70 % et ne valait plus qu’un peu plus de 1,5 euro.

Le holding Compagnie du Bois sauvage a essuyé en 2008 une perte nette (part du groupe) importante de 182 millions d’euros, contre un bénéfice net (part du groupe) de quelque 20 millions d’euros en 2007. Bois Sauvage a enregistré une perte nette de 53,7 millions d’euros en 2008 sur sa position dans Fortis, a-t-il indiqué. Au 31 décembre 2008, le holding ne possédait plus que 469.400 actions Fortis.

(belga)