Justice Professionnels de la voiture et flics ripoux Talent et méthodes mafieuses

Justice Professionnels de la voiture et flics ripoux Talent et méthodes mafieuses JEAN VANDENDRIES

Epilogue, ce vendredi en correctionnelle à Nivelles, d'un mégaprocès mené tambour battant par un président bruxellois (Pierre Hendrickx) détaché pour la circonstance en Brabant wallon. Face à lui, 33 prévenus, réunis par un fil rouge de magouilles de voitures auxquelles prirent part des professionnels (garagistes et carrossiers, marchands de ferraille et mécaniciens) et des amateurs «un peu» ripoux sur les bords (anciens agent de police et gendarme).

Le gros bras était un Nivellois de 61 ans, Roger Haesevoets, le mécano attitré de Joël Robert lorsque ce dernier écumait les pistes de moto-cross. L'autre vedette de ce procès fut Pascal Deville alias Mike, humoriste de l'émission télévisée «J'en ris encore» (voir page TV).

Plusieurs audiences furent nécessaires pour démêler l'écheveau et, à elle seule, la lecture du jugement prit quelque 2 h 30. Il faut dire que le président avait pris soin de dépecer le dossier avec la méticulosité d'un haut spécialiste de la microchirurgie. Ce jugement n'exclut pas totalement le dépassement du délai raisonnable endéans lequel tout prévenu doit être jugé. La majorité des faits délictueux ont été commis de 1993 à 1996 mais les derniers datent de 1998. Ils sont très complexes et il n'a pas toujours été aisé d'établir des connexions. Quelques prévenus, en aveux ou contestant des faits litigieux, doivent donc bénéficier de cette disposition. C'est ce qui explique trois suspensions du prononcé et six acquittements.

Le jugement consacre le titre de chefs d'une association de malfaiteurs à Roger Haesevoets et à Luc Jurion de Courcelles. Avec un ahurissant mépris pour le bien d'autrui , le premier (concerné par une soixantaine de véhicules) a mis ses indéniables aptitudes au service d'un irrépressible esprit de lucre. Ses tristes talents ont banalisé des méthodes mafieuses et gangrené des pans entiers de l'économie du pays. Il écope de 40 mois de prison avec sursis avec amende de 24.789 euros (sursis pour les 9/10 e).

Luc Jurion est condamné à deux ans de prison (sursis) et à une amende de 49.578 euros (sursis pour la moitié). En cause, dix recels et de multiples faux (fraude à la TVA) à peine huit mois après une inculpation et un maintien en liberté conditionnelle.

Les foudres frappent encore Thierry Senterre, émigré en France (un an, amende de 1.983 euros), Michel Lefranc d'Ittre (un an, amende de 1.959 euros), l'humoriste Pascal Deville alias Mike (un an avec sursis, amende de 4.957 euros), Fatiha El Hor de Bruxelles (14 mois et 15 jours avec sursis, amende de 4.151 euros avec sursis pour la moitié).

L'ex-agent de police Mohamed Lahdiji de Jette écope de dix mois avec sursis (amende de 1.983 euros, motié avec sursis) et l'ancien gendarme Michel Senterre d'Ecaussinnes d'un an avec sursis (amende de 1.487 euros, sursis pour la moitié).