L'AGRESSION DE MONICA SELES (A HAMBOURG) SUSCITE BIEN DES INTERROGATIONS

L'agression de Monica Seles

suscite bien des interrogations

La Yougoslave a quitté l'hôpital hier et s'est envolée vers les Etats-Unis, mais la terrible agression dont elle a été victime pose bien des questions.

La joueuse de tennis yougoslave Monica Seles a été victime, vendredi, à Hambourg, d'un coup de couteau porté dans le dos par un déséquilibré. L'accident est intervenu pendant le match de quart de finale qui opposait Seles, laquelle effectuait son retour à la compétition après neuf semaines d'inactivité due à une infection virale, à la Bulgare Magdalena Maleeva. Le fou dangereux s'appelle Guenther Parche. Il est âgé de 38 ans et est originaire de Nordhausen, une ville de l'ex-RDA où il exerçait la profession de tourneur. Remis à la police, il a été incarcéré et inculpé de tentative de meurtre.

Selon des témoins installés dans les premiers rangs qui assistaient au match, l'homme que l'on a cru un instant ivre au moment des faits avait un sac et une veste à la main mais le manège auquel il s'était livré et qui avait éveillé les soupçons de techniciens de la télévision allemande n'avait pas inquiété les deux membres du service de sécurité placés derrière la chaise de chaque joueuse...

C'est lors d'un changement de côté que le déséquilibré s'est porté aux avant-postes et a agressé Monica Seles avant d'être immédiatement ceinturé. La chaîne allemande ARD a diffusé des images pathétiques montrant Monica Seles (elle vient de pousser un cri) debout, une main dans le dos, s'avançant comme un automate vers le milieu du terrain et perdant connaissance quelques instants après l'agression. La Yougoslave a aussitôt été évacuée en civière et transportée vers un hôpital universitaire de la ville où son état a été jugé hors de danger. Un communiqué de la clinique diffusé en soirée précisa que le coup de couteau avait occasionné un blessure de deux centimètres de profondeur mais n'avait heureusement atteint aucun organe vital, le poumon et l'omoplate de la championne étant demeurés intacts. Les médecins indiquèrent toutefois que Seles était psychologiquement très atteinte et que son indisponibilité sportive durerait de un à trois mois.

Si l'hypothèse de l'attentat politique a d'abord été évoquée en raison de la nationalité de la malheureuse, il s'est rapidement avéré que ce geste aussi cruel qu'insensé était le fait d'un déséquilibré, supporter fanatique de Steffi Graf, et dont la seule intention était d'empêcher Monica Seles, qui règne sans partage sur le tennis féminin depuis 1990, de jouer afin qu'elle perde la première place au classement mondial au profit de la joueuse allemande! Il est à noter que cela faisait plusieurs mois que Seles recevait régulièrement des menaces de mort, «privilège» qu'elle partageait avec Goran Ivanisevic et Goran Prpic, anciens Yougoslaves devenus aujourd'hui Croates...

Dimanche, en fin d'après-midi, Monica Seles a quitté l'hôpital, où elle avait reçu samedi la visite de Graf, et s'est envolée pour la Floride où elle réside.

Je veux remercier toutes les personnes qui m'ont aidée au cours de ces jours difficiles, a déclaré Seles dans un communiqué diffusé avant son départ. Les salutations et les voeux qui m'ont été adressés ont été d'un grand réconfort...

Les réactions scandalisées étaient arrivées du monde entier. Beaucoup de joueurs et joueuses avaient tenu a manifester leur soutien à la victime, insistant également sur le fait que de tels actes pouvaient se produire «n'importe où»! Les organisateurs des tournois de Roland-Garros, qui débute dans moins d'un mois et où la participation de Monica Seles, tenante du titre, est incertaine, mais aussi de Wimbledon et de l'US Open ont déjà fait savoir qu'ils renforceraient les mesures de sécurité à l'occasion de leur tournoi.

Interrogé samedi à Waregem où il assistait à la rencontre de Coupe Davis Belgique-Luxembourg, Brian Tobin, le président de la Fédération internationale de tennis, nous a déclaré espérer qu'il ne faudrait pas installer à l'avenir des grillages autour des courts comme c'est le cas en football...

S'il est trop tôt pour dire si et quand nous reverrons Seles en action, il y a lieu de se demander dans quel état psychologique réapparaîtra cette fille qui n'a pas encore vingt ans...

PAOLO LEONARDI

(avec AFP et AP)