L'arnaque en or de magiciens africains L'argent qui naît dans la forêt

L'arnaque en or de magiciens africains

Des escrocs ont raflé plus de 7 millions de francs. Ils prétendaient pouvoir changer le papier en billets de banque.

Depuis quelques mois, la police judiciaire enquête sur des escrocs africains sévissant essentiellement à Bruxelles. Leurs techniques pour gruger les gogos ont déjà été régulièrement dénoncées par les autorités. Pourtant, elles fontchaque année de nouvelles victimes...

L'histoire débute toujours de la même manière. Une fois sa proie repérée, le malfrat lui explique être en possesion d'un produit miracle susceptible de transformer en bon argent de simples feuillets de papier blanc. Ces derniers proviennent soi-disant de la Banque nationale.

Pour convaincre sa victime, le magicien en herbe propose alors une démonstration. Il place un billet de 2.000 F - vrai celui-là - entre deux feuillets vierges de taille identique. Emballons-les, trempons-les dans un produit de couleur foncée et, «amstramgram», quelques minutes plus tard, après un passage sous presse, nous obtenons 3 billets de 2.000 F. Authentiques également car, durant l'opération, le manipulateur s'arrange toujours pour écarter quelques instants le client. On lui demande par exemple d'aller chercher de l'eau pour rincer le papier. Un moment mis à profit pour orchestrer la substitution. Les deux feuillets sont alors remplacés par deux vrais billets.

UN PRODUIT MAGIQUE

A son retour, la victime ne peut que constater la transformation. Une fois que le poisson a mordu à l'hameçon, le magicien n'a plus qu'à le ferrer. Pour réaliser des transformations à grande ampleur, le client devra apporter les fonds nécessaires. Une somme pour le moins rondelette puisque, en général, elle avoisine le million de nos francs. Il faut bien amortir les frais, précise le voleur.

La plupart du temps, l'escroquerie ne s'arrête pas là. Sa durée est en effet proportionnelle aux réserves financières de la personne lésée. L'étape suivante se déroule lors de la finalisation. Un problème survient lors du rinçage: à sa sortie, le billet est rose et donc, inutilisable. Qu'à cela ne tienne, il existe une solution: il faut acheter du produit nettoyant. Une substance que l'on peut se procurer facilement pour la modique somme de... 500.000 F.

Les variantes sont encore nombreuses. Le technicien prétend soudain être recherché par la police. L'homme doit quitter précipitamment le pays. Soucieux du travail bien fait, le fuyard propose alors les services d'un de ses collègues qui bien sûr devra lui aussi être rémunéré. L'arnaque peut ainsi durer longtemps. Même lorsque la victime n'a plus de sous, celle-ci est alors priée de trouver d'autres candidats.

UN IXELLOIS SOUS LES VERROUS

Menée depuis le mois de septembre dernier par la police judiciaire de Bruxelles, l'enquête vient de porter ses premiers fruits. Zumana C., un Ivoirien de 25 ans résidant à Ixelles, a été interpellé lundi. Lors de la perquisition réalisée à son domicile, les policiers ont découvert le matériel utilisé habituellement par les escrocs: une bouteille plâtrée contenant du produit «miracle», du papier blanc format billet. Des coupures de 100 $ noircies (lire ci-dessous) ont également été saisies. Zumana a été placé sous mandat d'arrêt pour escroquerie.

Jusqu'à présent, quatre victimes ont été entendues. Le préjudice total subi par ces seules personnes s'élève à 7 millions de francs. D'autres plaignants devraient encore être interrogés. Quant aux responsables, il n'est pas aisé de retrouver leur trace mais l'enquête se poursuit néanmoins, la police possède en effet une dizaine de noms de suspects.

PATRICE LEPRINCE

L'argent qui naît dans la forêt

Gourous, marabouts ou sorciers, les escrocs du billet sont nombreux à se cacher sous une étiquette empreinte de mystère ou d'exotisme. Certains n'hésitent pas à employer des techniques «énormes» pour gruger leurs clients. Et ça fonctionne.

En 1996 par exemple, la police a enquêté sur un mage prétendant pouvoir multiplier les billets de banque. Une fois l'argent de ses clients posé sur la table, l'homme entrait en transe. Un de ses acolytes prenait alors le relais en conseillant aux visiteurs de quitter les lieux durant quelques minutes. «Un esprit malin pourrait entrer en vous», précisait le complice. Quelques secondes plus tard, les arnaqueurs avaient disparu, tout comme l'argent d'ailleurs. Magique.

Troublante aussi la tactique d'un mage ghanéen arrêté à Nivelles en juillet 1997. Celui-ci avait réussi à convaincre un client de remplir une valise de journaux découpés comme des billets de banque. Les esprits s'étant manifestés, la victime fut priée de déposer son colis en pleine forêt, où le papier devait être transformé en coupures authentiques. Pour que le miracle ait lieu, un détail était encore impératif: verser au mage une avance de 200.000 F!

Autre variante encore, celle des billets noirs. En mai 1997, 3 escrocs ont présenté à un garagiste bruxellois un coffret métallique portant le sceau du gouvernement américain. A l'intérieur, le commerçant a aperçu des liasses de feuillets noircis. Trois millions de dollars soi-disant rendus indétectables pour faciliter leur transport. Pour nettoyer l'argent, rien de plus simple, a prétendu le trio: Il suffit de badigeonner le papier avec une substance spéciale. Un produit que les hommes pouvaient se procurer facilement contre espèces sonnantes et trébuchantes.

A l'aide d'un échantillon, les manipulateurs se firent un plaisir d'effectuer une démonstration. Une fois leur client emballé, il ne restait plus qu'à lui réclamer une avance de 895.000 F. Comme garantie, le commerçant a pu garder le coffret. Lorsqu'il tenta de renouveler l'expérience, le produit avait évidemment perdu tout son pouvoir.

L'année dernière, plusieurs escrocs aux billets noirs ont été interceptés et condamnés à des peines de prison ferme. Mais, bien souvent, les malfrats parviennent même à éviter toute possibilité d'enquête. Lorsqu'elles découvrent la supercherie, les victimes hésitent souvent à porter plainte, de peur de se couvrir de ridicule...

P. Le.