La Belgique, une terre de parcs d'attractions

La Belgique, une terre de parcs d'attractions

La Belgique est une terre de parcs d'attractions. En 1975, au moment où fut inauguré Walibi Wavre, trois grands parcs existaient déjà chez nous: Bobbejaanland (Lichtaart), Meli (La Panne) et Bellewaerde (Ypres). Par la suite se sont ajoutés Telecoo (Stavelot), et un petit parc à Bruges, le Boudewijnpark (Delphinarium).

Derrière chacun de ces parcs se trouvent ou se trouvaient des sociétés familiales: Meeus pour Walibi, Florizoone pour Bellewaerde, un oncle des Florizoone pour Meli, Schoepen pour Bobbejaanland et la famille Dujardin pour Telecoo.

On sait qu'en 1990, la famillle Florizoone, propriétaire de Bellewaerde depuis sa création en 1954, a rejoint la direction du groupe Walibi et qu'en 1998, la famille Meeus a revendu le groupe aux Américains de Premier Parks. Des Américains qui ont acquis dans la foulée 12 parcs de Six Flags aux USA. Ce qui fait de Premier Parks en nombre de visiteurs (40 millions, dont 3,5 millions en Europe) un groupe qui se classe en seconde position, juste dernière Disney (80 millions de visiteurs).

Le groupe Walibi compte aujourd'hui 6 parcs situés dans trois pays, dont deux en Belgique: Walibi Wavre et Bellewaerde. Selon les chiffres datant du 31 août 1998, la fréquentation des deux parcs belges de Walibi a augmenté de 2% par rapport aux chiffres d'août 1997.

HIT-PARADE DES FRÉQUENTATIONS

Au hit-parade des fréquentations, Walibi Wavre et son million de visiteurs en 1998, arrive en tête. Puis vient Bobbejaanland, Bellewaerde (700.000 visiteurs en moyenne) et, plus loin, Meli et Telecoo - les cascades attirent 500.000 visiteurs par an, mais cela ne veut pas dire que tous fréquentent pour autant le parc d'attractions. Quelque 55 % de la clientèle est hollandaise. Le chiffre d'affaire? Top secret, mais Telecoo fait partie de l'association Belgoparks, qui regroupe les cinq parcs privés les plus importants du pays (avec Walibi, Bellewaerde, Méli et Bobbenjaanland).

Au pied de la cascade de Coo, percée au 17ème siècle par les moines de l'abbaye de Stavelot, Telecoo réconcilie nature et loisir, petits et grands. A l'origine, la chute d'eau de quinze mètres de haut est la seule attraction du site. Mais en 1955, après huit procès successifs intentés par un cultivateur local, un professeur d'histoire et de géographie à Spa, Gaston Dugardin, obtient le droit de construire un télésiège d'une dénivellation de 260m sur la colline du bois de Lancre, à partir des rives du plan d'eau de la cascade de Coo. Dès 1976, Didier Dugardin, fils du fondateur, prend la direction du parc et, un an plus tard, créée la société Telecoo. A l'époque, le domaine couvre 3 hectares - 120 aujourd'hui!

Plaine de jeux, parc à gibier parcouri en petits trains, piste de «bob-luge» ou «rivière sauvage», Télécoo apparaît comme un parc idéal pour toute la famille. Dernière nouveauté en date (1996), un show de magie s'inscrit en porte-à-faux d'une recherche effrenée de vertiges sophistiqués. Et pourtant, Telecoo fut le premier en Europe à offrir une piste de karting aux amateurs de vitesse. Proximité de Francorchamps oblige!

Enfin, sachez encore que Mini-Europe, sis à Brupark au Heysel (300.000 visiteurs en 1998), et Océade (200.000 visiteurs en 1998), qui faisaient partie du groupe Walibi, ont été revendus en 1998 à la famille Meeus. Ces deux parcs de loisirs, à la limite des parcs d'attractions sont actuellement dirigés par Thierry Meeus, l'ancien président du Comité de direction de Walibi. Un Thierry Meeus qui est fier de dire que Mini-Europe est la première attraction de Bruxelles et qu'il est dans le «top 10» des attractions en chiffre d'affaires, tandis qu'Oceade est dans le «top 20».

ERIC MEUWISSEN

et BRIGITTE LOUSBERG