Carte blanche François Gemenne Doctorant au Centre d'études de l'ethnicité et des migrations (Cedem) de l'Université de Liège Client nº 338 983 492 de Brussels Airlines : La courageuse révolte des personnels navigants face aux déportations par avion

En novembre dernier, j'ai pris un vol de Brussels Airlines (qui, à l'époque, s'appelait encore SN Brussels Airlines) à destination de Nairobi. À l'arrière de l'avion se trouvait une dame d'une cinquantaine d'années, que deux policiers ramenaient de force dans son pays. Peu avant le décollage, la dame a commencé à crier et à pleurer, suscitant une gêne évidente chez les autres passagers. J'ai beau savoir que ces déportations de demandeurs d'asile déboutés sont régulièrement organisées sur les vols réguliers des compagnies commerciales, c'était la première fois que j'en étais le témoin direct.

Cette déportation n'a donné lieu à aucun incident particulier : il y a eu des cris, des larmes, des supplications et des menottes, mais, pour autant que je m'en sois rendu compte, pas de coups. Il n'en va pas toujours ainsi, et l'exemple de Semira Adamu sera toujours là pour nous le rappeler.

J'ai passé le plus clair du vol à m'en vouloir de ne pas avoir protesté davantage, de ne pas être descendu de l'appareil, et de m'être finalement rendu complice de cette expulsion. Je me souviens en avoir beaucoup voulu au personnel de cabine pour sa professionnelle indifférence, qui m'apparaissait comme une caution tacite des méthodes employées. À mon retour, j'avais écrit à la direction de la compagnie, pour me désoler que celle-ci se rende complice de cette politique de déportations. On avait poliment accusé réception de ma protestation, sans plus. Et depuis, je m'étais étonné que les compagnies aériennes, les pilotes, les hôtesses et les stewards, acceptent que l'État utilise ainsi leurs avions pour ramener de force chez eux ceux qui n'avaient commis d'autre crime que celui de vouloir habiter chez nous.

Voici pourtant que les pilotes et les personnels navigants d'Air France font maintenant savoir à leur direction qu'ils en ont marre, et que leur métier est de faire voyager les gens, pas de les déporter contre leur gré. Leur révolte est courageuse, et leur dégoût salutaire.

On apprend aussi que les pilotes d'Air Canada ont émis la même revendication il y a quelque temps, et que la compagnie canadienne a depuis cessé de transporter les demandeurs d'asile déboutés. On apprend même que c'est tout le groupe Star Alliance, la première alliance aérienne mondiale, qui comprend notamment la Lufthansa et Air Canada, qui envisage d'arrêter les déportations.

Dans ce concert, les pilotes de Brussels Airlines restent étrangement muets. Sans vouloir souffler des idées à leurs syndicats, il me semble qu'ils sont actuellement en position de force par rapport à leur direction, et que ce serait le moment où jamais de mettre cette revendication sur la table. Si la direction de Brussels Airlines tient vraiment à garder ses pilotes, elle aurait ainsi l'occasion de prouver sa bonne volonté.

La démarche des pilotes d'Air France est louable, mais elle n'est pourtant pas totalement étrangère à des motivations commerciales. Car c'est également l'image de marque de la compagnie qui est en jeu. Quand j'ai émis une timide protestation auprès d'une hôtesse du vol de Nairobi, en novembre dernier, c'est bien ce souci qu'elle avait à l'esprit quand elle m'a placidement répondu de ne pas m'en faire, et que les cris cesseraient rapidement après le décollage. Tant d'argent investi dans le confort des sièges, la réduction des files d'attente aux comptoirs d'enregistrement, le design des uniformes et des fuselages, tout cela réduit à néant par des cris, des pleurs et des échauffourées à l'arrière de l'appareil ? Quand des déportés menottés meurent à l'arrière des Airbus tricolores, le ciel cesse rapidement d'être le plus bel endroit de la terre.

Les déportations à bord d'appareils commerciaux ont pourtant un mérite : elles assurent la publicité de cette politique. Que se passerait-il si, demain, Brussels Airlines ou Air France refusaient de se rendre encore complices de cette politique ? On peut difficilement imaginer que l'État organise les déportations sur RyanAir. Plus vraisemblablement, on affréterait alors des trains spéciaux et des vols charter. Ça coûterait plus cher, beaucoup plus cher. Pour autant, on doute fort que nos gouvernements réalisent qu'il serait infiniment plus économique, et même rentable, de laisser simplement ces gens s'installer chez nous.

Par contre, nous ne saurions plus rien des expulsions qui ont lieu jour après jour. Aurions-nous vraiment été mis au courant de la mort de Semira Adamu, si elle avait été tuée dans un avion militaire ? Des passagers pourraient-ils encore s'indigner, se révolter quand des déportés sont violentés par les policiers ?

Notre Constitution et nos lois prévoient et organisent la publicité des débats parlementaires et judiciaires. L'État, par souci d'économie, a organisé de facto la publicité des déportations. Chaque vol commercial qui s'envole avec un passager menotté à bord nous rappelle que, collectivement, nous avons un problème. Et que tous les passagers, dans leur indifférence, à commencer par la mienne, en portent une part de responsabilité.

Récemment, comme tous les clients de Brussels Airlines, j'ai reçu un courrier me demandant s'il était important pour moi de recevoir un journal à bord, ou qu'un repas me soit servi en vol. On ne m'a pas demandé, par contre, s'il était important pour moi que tous les passagers aient librement consenti à leur présence dans l'avion. C'est pourtant une question à laquelle j'aurais volontiers répondu.