LA JOURNEE DU CHAOS PORTE BIEN SON NOM HANOVRE LIVREE A LA RAGE DESTRUCTRICE DE JEUNES PUNKS

La «journée du chaos» porte bien son nom

Hanovre livrée à la rage

destructrice de jeunes punks

Six cents punks ont été interpellés au cours du week-end à Hanovre (centre) où ils ont semé le trouble dans les rues et défié les forces de l'ordre, blessant dix-sept policiers lors d'un rassemblement national baptisé «Les Journées du chaos».

Fenêtres brisées à coups de jets de pierres et de bouteilles, voitures endommagées, poubelles incendiées, injures aux passants: moins d'un millier de punks, âgés de 14 à 21 ans, ont causé d'importants dégâts dans la ville de vendredi à dimanche.

Dimanche en milieu de journée, quelque 80 personnes étaient toujours gardées à vue après la deuxième nuit d'échauffourées.

Arrivés vendredi après-midi, quelque 500 punks, venus de toute l'Allemagne, s'étaient retrouvés pour célébrer le dixième anniversaire des dernières «Journées du chaos», et «réduire la ville en cendres», selon les tracts appelant à la manifestation.

Le dernier rassemblement violent de punks dans cette ville remonte à 1984. Pendant plusieurs années consécutives, de la fin des années 70 à 1984, des punks s'étaient rassemblés à Hanovre, haut lieu de leur mouvement, pour des «Journées du chaos» annuelles, avec pour but de «défier la police, d'agresser des passants et de commettre des dégâts».

Les premiers incidents ont eu lieu dès vendredi soir lorsque plusieurs centaines de punks ont envahi le nord de la ville, brisant des vitrines, endommageant une dizaine de voitures et insultant des passants. Neuf policiers ont été légèrement blessés et près de 200 personnes interpellées. Des couteaux et des chaînes ont été saisis. Samedi, une partie des personnes interpellées a été obligée de quitter la ville en train, sous surveillance policière. D'autres punks sont arrivés dans la ville durant la journée et de nouveaux incidents se sont produits à l'issue d'un concert, samedi soir. Après le spectacle, vers 22 heures, quelque 300 punks, en état d'ébriété, ont envahi le nord de la ville, causant des dégâts matériels et jetant des pierres sur les policiers et les journalistes. Huit policiers ont été blessés, dont un plus sérieusement, ainsi que des manifestants, victimes de jets de pierres venus de leurs propres rangs.

La ville de Brême a également connu de graves incidents. Dans la nuit de vendredi à samedi, 250 jeunes qui avaient assisté à un concert de rock ont pillé des magasins. (d'après AFP)