Accueil

La mort de Naïm Khader: le procès, 18 ans plus tard Victime expiatoire de la diplomatie secrète? Un révolutionnaire prêt au dialogue

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

La mort de Naïm Khader: le procès, 18 ans plus tard

L'assassin présumé du représentant de l'OLP à Bruxelles, Naïm Khader, est jugé aux assises de Bruxelles cette semaine.

C'est quasiment 18 ans après les faits que sera jugé, dès ce lundi devant la cour d'assises de Bruxelles, l'assassin présumé du représentant de l'OLP à Bruxelles, Naïm Khader. Un délai particulièrement long qui s'explique par une autre peine de prison purgée par l'accusé en Autriche. Il s'agit de Hesham Rajeh, 38 ans, né à Bagdad, en Irak, d'origine palestinienne.

Les faits se sont produits le 1 er juin 1981, vers 9 heures, devant un immeuble de l'avenue des Scarabées à Bruxelles. C'est là que résidait Naïm Khader. Il a été abattu de cinq coups de feu en sortant de chez lui. Deux témoins des faits ont poursuivi le tireur. Ils ont perdu sa trace près d'un café de l'avenue de l'Université. Au cours de sa fuite il s'est débarrassé de plusieurs objets: son imperméable et un parapluie. Plusieurs autres personnes l'avaient aperçu déambulant sur les lieux, avant le passage à l'acte.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs