La théorie du chaos de Jaco

Après Luc Dardenne et Stijn Coninx en avocats respectifs des Contrebandiers de Moonfleet, de Fritz Lang, et de L'enfant sauvage, de Truffaut, les « Jeunes fans de ciné » s'apprêtent à recevoir Jaco Van Dormael, ce dimanche au Palais des beaux-arts de Bruxelles. Le réalisateur de Toto le héros y défendra Le magicien d'Oz. Le classique de Victor Fleming fait partie, avec Bambi ou Rachel Rachel, de Paul Newman, des films qui ont marqué la jeunesse du cinéaste. On ne s'en étonne qu'à moitié, quand on se souvient que son oeuvre est elle aussi marquée par une célébration de l'enfance et un grand sens de l'onirisme.

À l'instar de Dorothy, immortalisée par le minois craquant de Judy Garland, Jaco aurait lui aussi bien besoin du secours d'un magicien d'Oz. Depuis 1996 et Le huitième jour, le Bruxellois n'a plus rien réalisé. Dix ans ont passé, et l'homme fait avec nous le point sur la série de mésaventures qui ont accablé son récent parcours.

Il y eut le spectaculaire avortement de son film sur Tintin, qu'il confie se passer souvent dans sa salle de projection imaginaire - « Je le trouve très bien »... Il y a désormais un autre projet mammouth, imaginé dès 1996, interrompu le temps de Tintin et repris depuis six ans déjà. On en vient à espérer de tout coeur que ce Mr Nobody ne devienne pas le maudit Don Quichotte d'Orson Welles ou de Terry Gilliam.

Mais Jaco le confirme : après avoir connu des fortunes diverses, liées à la difficulté de financer ce projet extrêmement ambitieux, il se déclare tout près du grand clap de départ. Le tournage, qui sera long et complexe, est prévu pour la fin de cette année. Il se montera autour d'un casting anglo-saxon, encore confidentiel et d'ailleurs non définitif.

Le moteur de Mr Nobody ? Une mise en fiction de la théorie du chaos chère à Ilya Prigogine, Prix Nobel de chimie en 1977. Face à un événement, un individu a l'occasion de réagir de façons diverses. Devant un croisement de route, il prendra soit à gauche, soit à droite. S'il prend à gauche, il rencontrera des gens qu'il n'aurait pas rencontrés s'il avait bifurqué à droite. Des gens qui influenceront peut-être son itinéraire, sa journée, et pourquoi pas, sa vie. Mais, question : l'homme qui choisit son chemin est-il maître de son destin, ou est-il, au contraire, happé par la logique des coïncidences ? Un thème sur lequel Henri Laborit ou Milan Kundera ont largement écrit. Un thème qui a aussi inspiré le cinéma (Cours, Lola, cours ou Sliding doors), mais de façon beaucoup plus rudimentaire. Avec Mr Nobody, le réalisateur belge veut aller beaucoup plus loin.

Isabelle Stengers, Schuiten

et Peeters pour conseillers

Avant d'aborder le tournage, Jaco Van Dormael s'est d'ores et déjà entouré de superconseillers : la philosophe et scientifique Isabelle Stengers pour la partie technique, François Schuiten et Benoît Peeters sur le plan visuel. Initialement, le film devait tourner autour des trois heures. Mais le nouveau montage évoque un rétrécissement d'une demi-heure. Si la théorie du chaos ne contamine plus l'agenda de Jaco, le film devrait être sur nos écrans en 2008.