Accueil

Le bruxellois fait encore de son stoef

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 2 min

Le superkastar des Belges, Menîr Brel, déjà disait que plus personne n'avait cet accent-là. Suske, Marieke, Flupke, Louitche, Tintin et les autres ont cessé de brusseler dans les strotjes depuis que la capitale a une boentche pour l'Europe. Il n'y a plus que Toots Jeanke Thielemans pour froucheler avec son harmonica l'amour de l'echte patois de Bruxelles. Pourtant, en ce début d'année 2006, les éditeurs belges proposent un véritable kip kap d'ouvrages majeurs de la littérature bruxelloise. Potferdekke !

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs