Le Front National

Le Front National

attisait l'incendie

de cinéma à Paris

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL

PERMANENT

Paris, 28 octobre.

Cette fois, on les connaît. Les incendiaires présumés de cinémas à Paris sont de «bons» jeunes gens. Moyenne d'âge: moins de vingt-quatre ans. Cela va du lycéen à l'ingénieur en aéronautique, en passant par le fonctionnaire et le juriste. Ils sont six à avoir été inculpés de complicité dans l'incendie volontaire du cinéma «Le Saint-Michel» - 13 blessés, dont un grièvement. Ils ont été remis en liberté, mais l'un d'eux a été écroué. Il risque une peine de dix à vingt ans de détention. Trois autres personnes seraient encore en garde à vue.

L'enquête, à partir d'une rafle dans les milieux d'extrême-droite, n'a pas traîné. C'est le dernier attentat incendiaire, samedi dernier en fin de soirée, contre cette salle, où était projeté le film «La Dernière Tentation du Christ», qui a tout déclenché. Il a suffi de quarante-huit heures de garde à vue pour que les suspects reconnaissent avoir été mêlés à l'«opération» contre «Le Saint-Michel» et d'autres salles où le feu fit moins de ravages.

Des perquisitions au domicile de chacun d'eux ont permis de découvrir tracts et substances chimiques explosives, autant d'aveux supplémentaires.

J. Cy.

Suite en neuvième page.

Le Front national attisait

les incendies des cinémas

DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL

PERMANENT

Paris, 28 octobre.

Cette fois, on les connaît. Les incendiaires de cinémas à Paris sont de «bons» jeunes gens. Moyenne d'âge: moins de vingt-quatre ans. Cela va du lycéen à l'ingénieur en aéronautique, en passant par le fonctionnaire et le juriste. L'auteur de l'incendie criminel, qui a fait 13 blessés samedi dernier, du ciné parisien St-Michel, et de celui du cinéma Gaumont Opéra, où l'on projetait La dernière tentation du Christ, de Martin Scorcece, a été arrêté. Sept autres ont été inculpés de complicité dans l'incendie volontaire du cinéma St-Michel; un seul d'entre eux a été arrêté.

L'enquête, à partir d'une rafle dans les milieux d'extrême-droite, n'a pas traîné. C'est le dernier attentat incendiaire, samedi dernier en fin de soirée, contre cette salle, où était projeté le film «La Dernière Tentation du Christ», qui a tout déclenché. Il a suffi de quarante-huit heures de garde à vue pour que les suspects reconnaissent avoir été mêlés à l'«opération» contre le Saint-Michel et d'autres salles où le feu fit moins de ravages.

Des perquisitions au domicile de chacun d'eux ont permis de découvrir tracts et substances chimiques explosives, autant d'aveux supplémentaires.

Thomas Lagourgue, 25 ans, sans profession, a reconnu avoir posé l'engin incendiaire dans une des deux salles du St-Michel. Le juge d'instruction M. Mazières l'a inculpé de «coups et blessures volontaires avec préméditation, dégradation de biens immobiliers par l'effet d'une substance incendiaire en bande organisée, association de malfaiteurs en vue de préparation de destruction ou de dégradation de biens immobiliers par l'effet d'une susbstance incendiaire». Il l'a placé sous mandat de dépôt. Thomas Lagourgue a aussi reconnu avoir provoqué l'incendie du cinéma Gaumont Opéra, le 11 octobre;

M. Mazières a également inculpé et placé sous mandat de dépôt Emmanuel Dousseau, 23 ans, qui a avoué sa participation à l'attentat du St-Michel. Il a aussi inculpé Hubert Pillet, 22 ans, étudiant en droit, qui a été laissé en liberté. Celui-ci devait participer à une action qui n'a pas été réalisée contre le cinéma Gaumont Champs Elysées.

Nouveau Savonarole

C'est un député européen du Front national de Jean-Marie Le Pen qui inspire tous ces excellents jeunes gens regroupés dans diverses associations, à travers tout le pays. Romain Marie, de son véritable nom Bernard Antony, dirige en effet l'«Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne» (AGRIF) qui a pris la tête de la croisade contre le film de Martin Scorsese.

A la fin de septembre dernier, ce nouveau Savonarole avait réuni un meeting d'un millier de partisans, place de l'Opéra, et y avait donné le départ à la campagne qui allait déferler sur tout le pays. Selon le Monde de vendredi, un des inculpés, Michel Valadier, l'aurait mis en cause. Mais sa qualité de député et son immunité parlementaire le mettent à l'abri de poursuites judiciaires immédiates.

Le même infatigable Romain Marie dirige une autre association intégriste: le Centre Henri et André Charlier dont le secrétaire général est Michel Valadier, 29 ans, un des inculpés. A son tour, ce Centre a fondé une organisation qui a précédé la campagne anti-Scorsese: le «Collectif contre le blasphème» (sic). Plusieurs autres militants inculpés en font partie.

Ce Collectif a son siège dans l'immeuble parisien déjà occupé par la rédaction du périodique Itinéraires de la chrétienté, et son secrétaire général n'est autre qu'Emmanuel Dousseau, qui a été arrêté. Il est appuyé par le Mouvement de la jeunesse catholique de France, autre organisation intégriste...

Cinquante attentats

Tous ces jeunes gens, non dépourvus de moyens financiers et dotés d'un sens rare de l'organisation, ont multiplié les attentats intégristes à travers tout le territoire, à l'occasion de la croisade. Au total, on estime à une cinquantaine les attentats (allant du jet de gaz lacrymogène à l'incendie criminel) perpétrés contre les salles de cinéma affichant le film de Scorsese.

Le cas de la salle parisienne projetant Une affaire de femmes, de Claude Chabrol, et attaqué aux lacrymogènes, n'a pas encore été élucidé. On sait que là, un homme souffrant du coeur est mort, intoxiqué par les gaz.

Par contre, le mécanisme de l'attentat contre «Le St-Michel» est désormais connu. Ce cinéma compte deux salles. L'engin incendiaire, une bouteille de yaourt remplie de chlorate de potassium dont le «détonateur» était constitué d'une ampoule contenant de l'acide sulfurique, avait été déposé dans la première salle où était projeté Stormy Monday. L'incendie de ce premier local se propagea immédiatement à l'autre, détruisant tout le cinéma. Deux heures plus tard, un appel anonyme «revendiquait» l'action au nom d'un groupe inconnu: «Christo Vicente»...

JACQUES CORDY.