Le ministre de l'Intérieur a offert sa démission Emporté par le scandale de la mort de Sémira Adamu, Louis Tobback va quitter le gouvernement. Jeudi soir, le SP lui cherchait un remplaçant.

Le ministre de l'Intérieur a offert sa démission Emporté par le scandale de la mort de Sémira Adamu, Louis Tobback va quitter le gouvernement. Jeudi soir, le SP lui cherchait un remplaçant.

Jeudi, sur le coup de 22 h 30, Louis Tobback (SP), a fait part à Jean-Luc Dehaene de sa volonté de quitter le gouvernement. Le ministre de l'Intérieur a demandé au Premier ministre de présenter sa démission au Roi. À l'heure où nous mettions sous presse, nous ignorions si cette offre de démission avait été acceptée. Mais s'il reste une incertitude sur le moment exact, le départ, lui, ne semble plus faire de doute.

Jeudi soir, Louis Tobback s'est borné à déclarer que la gendarmerie a commis une faute dans la préparation de l'expulsion de Sémira Adamu, la jeune Nigériane décédée mardi. Se disant «profondément choqué par ces événements tragiques», le vice-Premier SP estime qu'il doit assumer la responsabilité des actes d'un corps dont il a la tutelle. Il dit lier sa démission au fait qu'on a laissé, dans le détachement de l'aéroport, un membre du personnel qui s'est rendu coupable de méfaits sérieux à l'égard d'une personne à extrader, et que cette personne a été chargée de participer à la délicate mission de mardi midi.

En journée, et notamment au cours d'une réunion du «top» du gouvernement (Premier et vice-Premiers), on a tenté de dissuader Louis Tobbackde démissionner, l'estimant indispensable pour poursuivre la concrétisation de la réforme des polices et de la justice. Mais le ministre a tenu bon.

Jeudi soir, le SP s'est longuement réuni pour lui trouver un remplaçant. À l'heure de boucler cette édition, aucun nom n'émergeait. La tâche était rude. Les gros bras du SP sont tous, d'une manière ou d'une autre, hors-circuit. Johan Vande Lanotte, pour ne citer que lui, a démissionné de l'Intérieur il y a 6 mois suite à l'évasion manquée de Dutroux. Aussi, il est l'auteur de la loi qui a revu (et musclé) notre politique d'accueil des réfugiés politiques.

En journée, Louis Tobback avait annoncé qu'il suspendait tout rapatriement forcé. Une mesure prise à la demande de la Sabena pour calmer l'atmosphère dans les centres fermés . Le ministère de l'Intérieur a indiqué qu'il veut disposer d'un peu de temps pour évaluer les méthodes employées pour ces expulsions.

Les associations qui ont soutenu Sémira ont annoncé l'organisation d'une cérémonie oecuménique d'hommage. Son corps sera exposé à la cathédrale Saint-Michel, samedi, à 11h30. Le mot d'ordre est catégorique: aucun calicot, aucune récupération politique ne seront permis pour qu'elle puisse au moins reposer dans la dignité.

Plusieurs manifestations ont eu lieu, jeudi. L'une devant le siège du SP. Une autre, à l'appel du Collectif contre les expulsions, rassemblait 1.000 à 2.000 personnes entre l'Office des étrangers et le Palais de Justice.

D'autres manifestations sont prévues ces prochains jours.

P.Bn., E.L, B.V. et M.Vdm.

«A bout portant» page 2

Articles pages 18 et 19