Les amants diaboliques visaient un milliardaire Ursula Dechamps n'avait aucune chance de sortir vivante de la voiture tombée à l'eau TEXTO Des bonbons pour arracher des larmes à Uwe

Temps de lecture: 11 min

Les amants diaboliques visaient un milliardaire

Schmitt et Martin voulaient récidiver, selon les témoignages récoltés par les enquêteurs belges, transmis aux juges de Miami.

Vingt-quatre heures après leur extradition de Miami, Peter «Uwe» Schmitt et Aurore Martin ont été placés sous mandat d'arrêt, vendredi, en début d'après-midi, par le juge d'instruction Damien Vandermeersch. Peter Schmitt (qui a requis les services d'un traducteur allemand) s'est vu décerner une double inculpation «comme auteur ou coauteur» pour les assassinats de Marc Van Beers, l'époux d'Aurore Martin précipité au volant de sa voiture dans un ravin en Corse, et d'Ursula Dechamps, sa propre épouse morte noyée après que sa voiture eut été précipitée dans le canal Charleroi-Bruxelles à Nimy, le 29 août 1992. Aurore Martin a été inculpée du seul assassinat de son mari, Marc Van Beers.

En fin d'après-midi, les deux «tueurs de la lune de miel» ont été reconduits en prison. Peter Schmitt a été incarcéré à la maison d'arrêt de Forest et Aurore Martin à celle de Berkendael (Forest), réservée aux femmes. Tous deux ont été placés en cellule d'isolement. Le juge d'instruction a en effet pris la décision de les maintenir au secret durant trois jours.

Hier, Peter Schmitt a signifié au juge d'instruction Vandermeersch le choix de son avocat. Il s'agit de M e Xavier Maindiaux, du barreau de Mons. Cet avocat montois avait déjà assuré la défense des intérêts de Peter Schmitt le 12 octobre 1994 lorsque le tribunal correctionnel de Mons condamna son client à 3 mois de prison avec sursis de 3 ans et 87.000 FB d'amende (qu'il n'a jamais payés) pour homicide involontaire: la mort d'Ursula Dechamps alors considérée comme résultant d'un «banal accident» de la circulation.

Interrogé hier et aujourd'hui, les deux «amants diaboliques» se sont vu présenter les preuves accumulées contre eux. Ils seront invités à s'expliquer sur leurs nouveaux projets criminels. Le dossier transmis par la justice belge aux juridictions de Miami fait en effet état d'indices et de témoignages indiquant que le couple préparait un nouveau «coup». Selon ce document, F., une proche d'Aurore Martin, était prête à se marier avec un milliardaire américain résidant à Miami - NDLR: il a été identifié par les enquêteurs belges. Le dossier transmis aux Américains avance les éléments suivants:

- De retour en Belgique après la mort de Marc Van Beers, Aurore s'adressa à F. en lui disant: Nous allons faire la même chose avec toi, mais fais attention de ne pas tomber amoureuse. F. répliqua: Nous en trouverons un aussi laid que Marc et il n'y aura pas de problèmes.

- Un autre témoin déclare: A une autre occasion, Aurore me dit qu'elle ne voulait pas que F. se marie avec X parce qu'elle devait se marier avec quelqu'un de riche. Il s'agissait d'un milliardaire qui vivait à Miami et que F. avait déjà rencontré. C'est Aurore qui avait arrangé la rencontre entre F. et le vieux monsieur. Après son retour des Etats-Unis, à la Noël 96, F. me dit qu'elle était très amoureuse (de son ancien ami) mais qu'Aurore voulait absolument qu'elle se marie avec le milliardaire. Je lui dit que (son ancien ami) était jeune et plaisant, alors que l'autre homme était vieux. Elle me répondit «texto»: il va mourir après le mariage, exactement comme Aurore a tué son mari...

M.M. (avec P.Le)

Ursula Dechamps n'avait aucune chance de sortir vivante de la voiture tombée à l'eau

Après l'exposé des charges («Le Soir»d'hier) incriminant Peter Schmitt et Aurore Martin dans l'assassinat de Marc Van Beers, nous publions aujourd'hui les éléments de preuves transmis par la justice belge au Département d'Etat (ministère de la Justice) dans le cadre de l'assassinat d'Ursula Dechamps.

1 Un mariage hâtif, une séparation rapide. Peter Uwe Schmitt rencontre Ursula Dechamps à la discothèque «La Doudingue», à Waterloo. Il s'intéresse d'abord à une amie de la jeune femme, elle aussi étudiante à l'école d'hôtesses Berlitz, avant de jeter son dévolu sur Ursula. Ils se marient rapidement, en février 1992. Rapidement aussi, le couple bat de l'aile. Peter est violent. Il magouille aussi. Un jour, il est surpris par la gendarmerie du Shape en train d'appliquer des plaques sur une voiture volée. Peu avant «l'accident», il sera interpellé une nuit à Evere (Bruxelles) au volant d'une voiture volée. Il organise le vol de sa propre voiture, déjà une Mazda MX5, devant le garage où il l'avait mise à l'entretien. Il se fait rembourser par l'assurance... et se fait offrir une nouvelle voiture par son père. Peter et Ursula finissent par se séparer. La jeune femme vient vivre à Bruxelles où elle retrouve son ancien ami. En août, elle est bien décidée à quitter Peter. Elle loue un appartement à Saint-Josse avec son ancien compagnon. Ils doivent emménager le 1er septembre, deux jours après «l'accident». Ursula a décidé de tirer un trait sur sa vie avec Peter. Elle a décidé de se rendre à la gendarmerie du Shape pour y dénoncer les magouilles de son mari. Elle ne déposera jamais: elle était convoquée le lundi 1 er septembre, deux jours après sa mort.

2 Attirée dans un piège mortel. Le 29 août 1992, Peter Schmitt demande à Ursula de le rejoindre à Mons. La jeune femme, qui vient d'obtenir son permis de conduire, téléphone à son père pour lui annoncer la bonne nouvelle. Elle ajoute: Papa, je vais à Mons, je vais mettre les choses au point, lui dit-elle. Il lui réplique: Fais attention quand même. Et Ursula de lui demander, sans raison apparente: Papa, si on tombe à l'eau dans une voiture, que faut-il faire? A la gare de Mons, Peter attend Ursula. Ils se rendent à son appartement. Peter a demandé à sa femme de «bien s'habiller» car il doivent rencontrer le soir même «des gens importants». Ursula a enfourné dans un sac une robe de circonstance. Vers 9 heures, ils prennent la route. Peter vient de lui proposer de se rendre «dans un endroit calme» pour apprendre à conduire. Nous avions décidé tous les deux de trouver une place pour lui montrer comment utiliser une boîte de vitesses, déclarera-t-il plus tard aux gendarmes.

La Mazda est entièrement capotée. Peter roulait toujours, hiver comme été, sans toit, une manie. Des témoins, installés dans un café, aperçoivent la voiture filant à vive allure. Ursula porte un foulard qui lui enveloppe le visage. Peter s'engage sur les quais du canal Mons-Bruxelles, à Nimy. Le drame se noue.

3 La version de Peter Schmitt. Lorsque les gendarmes arrivent sur les lieux de l'accident, ils décrivent froidement l'attitude de Peter: L'intéressé est très calme. Il ne nous paraît pas touché physiquement. Il ne nous pose aucune question concernant son épouse. Ses cheveux mi-longs sont secs. Dans ses versions successives des événements, Peter Schmitt raconta qu'au moment de l'impact, il avait pu s'extraire de l'étroit habitacle de la Mazda MX5 en se glissant par la fenêtre arrière. Par la suite, il affirma qu'il avait sauté à l'eau pour tenter de sauver sa femme. Il raconta d'abord qu'il avait touché sa veste. Dans une seconde version, il dit avoir touché sa main. Dans une troisième version, qu'il avait vu sa tête émerger de l'eau. Le corps sans vie d'Ursula sera retrouvé quatre jours plus tard dans le canal. Lors de la reconstitution menée en 1992, Peter Schmitt eut toutes les peines du monde à s'extraire de sa voiture. L'enquête fut rapidement abandonnée par le parquet de Mons. Les gendarmes de Casteau, eux, croyaient à la culpabilité du caporal allemand: Tôt ou tard, on le coincera , affirmaient-ils à la famille Dechampsqui ne croit pas à la thèse de l'accident. Leurs dépositions ne seront jamais jointes au dossier principal d'instruction, anéantissant ainsi, à l'époque, tout espoir de voir la vérité éclater. En juin dernier, le parquet général de Mons a ouvert une enquête sur ce «dysfonctionnement». Le mystère n'a toujours pas été dissipé.

4 L'enquête de 1997 révèle des éléments troublants. Dans le rapport transmis au ministère de la Justice américain, le juge d'instruction Vandermeersch relève, outre les contradictions dans les déclarations successives de Peter Schmitt, un faisceau d'indices confondants:

- Pas de traces de freinage sur les lieux de l'accident.

- La victime était une excellente nageuse. Elle avait des diplômes de natation, dont un de sauvetage.

- Schmitt a toujours esquivé les questions relatives aux réactions de sa femme lorsqu'elle était prisonnière de l'habitacle, à ses côtés.

- Schmitt ne souffrait d'aucune blessure, de même qu'Ursula Dechamps, à l'exception d'une bosse sur la tête. L'autopsie a conclu à une mort par noyade (NDLR: une infime quantité d'eau a été retrouvée dans les poumons), ce qui peut confirmer la version des faits donnée par un témoin (lire dans l'encadré: Peter lui enfonce la tête sous l'eau).

- La porte du côté passager (NDLR: où se trouvait assise Ursula) était fermée, de même que la fenêtre. Celles du conducteur étaient ouvertes.

- L'absence de dégâts du côté passager semble indiquer que Dechamps n'était pas dans le véhicule lorsqu'il fut projeté dans l'eau.

- Les voitures de sport sont très compactes. Ce n'est pas facile de se mouvoir à l'intérieur de l'habitacle. Et si Schmitt est bien sorti de la voiture comme il l'a indiqué (par la fenêtre arrière), sa passagère n'avait aucune chance d'en sortir. Elle était coincée. Elle aurait dû être retrouvée morte dans la voiture.

5 L'implication d'Aurore Martin. L'enquête a démontré qu'Aurore et Peter vivaient ensemble, avant et après le meurtre d'Ursula Dechamps. Trois témoins au moins ont rapporté aux enquêteurs que Peter et Aurore entretenaient des rapports intimes une semaine après la mort de la jeune Waterlootoise.Ils ont dilapidé l'argent des assurances-vie, plus de 6 millions de francs perçus en Allemagne.

MARC METDEPENNINGEN

TEXTO Des bonbons pour arracher des larmes à Uwe

Le 13 juin 1997, un témoin, ex-ami du couple Schmitt - Martin, se présente spontanément à la police judiciaire. Il ne sait rien du témoignage de la belle-mère d'Aurore (nos éditions d'hier).

A la fin de l'année 1991, moi et Peter Uwe Schmit nous avons fait la connaissance d'Aurore Martin. Nous étions très attirés par son physique. J'ai été vite irrité par son snobisme. Mais Uwe semblait être très intéressé par elle. Il était très friand de blondes aux longs cheveux. (...) Je n'ai jamais été informé qu'il s'était marié en 1992 avec Ursula Deschamps. Quelqu'un m'a appris leur mariage peu après l'accident. A ce moment, il y avait longtemps que je n'avais plus vu Uwe. Lorsqu'il revint en Belgique, nous avons recommencé à nous voir. Il venait chez moi de temps en temps. Il me raconta qu'il était toujours en relation avec Aurore. Ce n'est que plus tard, lorsqu'un jour je me rendis à Crupet (NDLR: près de Namur, où Schmitt et Martin vivaient) que je découvris qu'il vivait avec Aurore.

Par la suite, Aurore s'en alla vivre à Namur. Un jour, je me rendis à l'improviste à son appartement pour lui demander si elle avait des nouvelles d'Uwe. Je me souviens qu'à l'occasion de cette visite Aurore fit allusion à l'accident d'Uwe et me demanda si j'étais au courant de ce qu'il avait fait. Elle me fit comprendre que l'accident n'était pas vraiment un accident. Elle demeurait relativement vague. Elle me fit comprendre qu'elle avait des projets et que si ça - NDLR: le pseudo-accident - avait bien fonctionné pour lui, cela pouvait aussi marcher pour elle. Elle me raconta qu'Uwe avait reçu de l'argent après la mort de sa femme. Je ne pouvais croire ce qu'elle me disait, tellement je trouvais tout cela tellement irréel.

Je me souviens qu'à cette époque Aurore traversait une passe difficile. Un jour, Uwe me dit, sur un ton badin, qu'elle travaillait la nuit pour des publicités. Connaissant Aurore, j'en ai déduit qu'elle se prostituait parce qu'à l'époque elle était «en dehors de ses pompes» et en état de détresse. Uwe me répliqua qu'il ne pouvait pas blâmer ce qu'elle faisait.

Par la suite, Uwe me rendit visite à plusieurs reprises à mon domicile. Il utilisait plusieurs voitures: une MX5 verte, une Spider rouge, une autre de couleur bleue et une Alfa Romeo. Un jour, il arriva accompagné d'Aurore. Ils étaient à bord d'une Golf décapotable. (...)

Un jour, Uwe me parla vaguement de ce qu'Aurore m'avait dit à propos de l'accident. Il m'expliqua que c'était un moyen facile de se faire de l'argent et de permettre à tous mes rêves de se réaliser.

La dernière fois que je le vis, c'était à la mi-1995, juste après qu'il m'eut envoyé une lettre de France. Il avait déjà de longs cheveux. Il vint me voir à Mons. Nous sommes descendus en ville pour boire un verre. Il a commencé à parler de l'accident de sa femme. Il admit qu'il l'avait tuée et me répéta qu'il avait obtenu beaucoup d'argent. Il m'affirma que c'était facile. Nous avons pris la route à bord de sa voiture. Il me conduisit jusqu'au lieu de l'accident, à la même vitesse que le jour de l'accident avec Ursula. Son compteur affichait de 140 à 150 km/h. La voiture volait. Je n'étais pas à l'aise. Je croyais que nous allions tomber dans le canal. A un moment, il arrêta la voiture et me dit: C'est ici queje suis arrivé avec Ursula . Il me raconta qu'il avait précipité la voiture dans l'eau et qu'il s'était arrangé pour sauter de la voiture - NDLR: avant la chute dans le canal. Sa femme était parvenue à s'extraire de la voiture. Il m'a alors dit qu'il lui avait enfoncé la tête sous l'eau. Uwe m'expliqua que cela lui avait été pénible, mais qu'il avait été trop loin; qu'il était forcé de procéder ainsi sous peine de chuter lui-même. Après, il remonta en bordure de la grand-route où il arrêta une voiture pour demander de l'assistance. Il simula sa peine en frottant les yeux à l'aide de bonbons Fisherman's Friend (NDLR: des bonbons pour la gorge) . Ses yeux devinrent rouges.

Uwe me donna tant de détails que je ne pouvais croire à ce qu'il me disait. J'étais choqué. Je tentais de me convaincre que c'était bien un accident, sans quoi Uwe devait être arrêté.

Cette nuit-là, Uwe me suggéra de faire le même coup que lui. Je lui répondis: Comment peux-tu me demander de faire cela à ma petite amie?

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une