LES INTERROGATIONS DE LA FEDERATION NEERLANDAISE. L'AFFAIRE PDM PEUT-ETRE RELANCEE

Les interrogations de la fédération néerlandaise

L'affaire PDM peut-être relancée

La fédération néerlandaise s'interroge sur les mobiles de l'utilisation, par les coureurs de l'équipe PDM, comme complément alimentaire, d'un produit de synthèse - l'Intralipid - dont l'une des propriétés serait de masquer les effets de produits dopants, révèle le très sérieux quotidien néerlandais «Volkskrant» dans ses éditions de samedi.

Le quotidien publie des extraits d'une lettre adressée mercredi dernier par la Fédération au manager de l'équipe PDM, Manfred Krikke.

Dans ce document, la fédération écrit: Du point de vue médical et sur la base des données que vous nous avez fournies - d'ailleurs particulièrement imprécises et incomplètes -, nous avons eu l'impression que le but pour lequel l'Intralipid avait été administré ne correspondait pas aux indications habituelles du produit.

La Fédération ajoute: Des informations de la Commission médicale nous ont donné à penser que l'Intralipid avait joué un rôle masquant permettant aux cyclistes de ne pas être déclarés positifs après un éventuel contrôle grâce à l'action de ce produit.

L'Intralipid, une émulsion d'huile de soja épurée, était selon le quotidien administré par infusion aux coureurs en complément de leurs rations énergétiques quotidiennes.

POUR EMP ECHER DE DÉCELER

LES TRACES DE TESTOSTÉRONE

Toujours selon la même source, le produit serait connu par les spécialistes du dopage pour ses propriétés «masquantes». Il brouillerait ainsi les résultats hormonaux des sujets le consommant, empêchant notamment les experts de déceler des traces de testostérone, un dangereux anabolisant.

Après l'abandon de leurs neuf sélectionnés (dont Erik Breukink, Sean Kelly et Raul Alcala) du Tour de France le 16 juillet, les responsables de PDM avaient expliqué que l'infection dont souffraient leurs coureurs était d'origine bactérienne et provenait de leur alimentation complémentaire.

Les rumeurs les plus folles avaient couru. Soupçonné d'avoir dopé ses coureurs, Krikke avait rejeté toutes les acccusations, menaçant différents organes de presse de les traduire en justice, ce qu'il n'a toutefois jamais fait.

UN MANAGER SURPRIS

ET QUELQUE PEU ENNUYÉ

Interrogé par le quotidien sur la lettre de la Fédération, le manager s'est déclaré surpris et quelque peu ennuyé. Il va demander aux laboratoires qui ont effectué les analyses les mois derniers de prendre contact avec la Commission médicale de la Fédération. Il va également examiner l'opportunité d'entamer d'éventuelles actions contre la fédération.

Si elle ne brandit pas explicitement la menace de sanctions, la Fédération souligne, dans le dernier paragraphe de sa lettre, qu'elle se réserve elle aussi le droit d'entamer toute action qui se révélerait nécessaire.