LES VICTOIRES DE LA MUSIQUE ALORS REGARDE LA VENGEANCE DE PATRICK BRUEL

Les Victoires de la Musique

Alors regarde la vengeance

de Patrick Bruel

Si, l'an dernier, les Victoires de la Musique avaient été un réel camouflet pour Patrick Bruel reparti bredouile, il risque fort cette fois de déguster une belle revanche, se retrouvant dans les trois catégories «artiste interprète masculin», «performance musicale» et «chanson de l'année» (pour «Qui a le droit?»). Son principal rival sera William Sheller lui aussi nommé à trois reprises en tant que chanteur de l'année (face également à Cabrel et Feld-man, pour la meilleure chanson («Un Homme Heureux») et le meilleur album («Sheller en solitaire»). Que le meilleur disque de l'année soit un «live» ne serait pas impossible puisque Souchon l'a bien emporté l'an dernier avec son «Nickel».

Noah sera-t-il contournable dans la catégorie «révélation masculine»? L'homme au Saladier devra faire avec Manu Katché (un pote) et Nilda Fernandez. Chez les nouvelles dames, on fait également dans l'exotisme avec Amina, Sara Mandiano, Enzo Enzo et Jil Caplan. Le choix sera cruel...

Parmi les chanteuses de l'année, notons la présence de «not'» Maurane qui devra mettre KO Mylène Farmer (également citée pour sa vidéo «Désenchantée»), Jane Birkin (qui bénéficiera du syndrome «hommage à Serge») et Liane Foly.

Autre Belge en lice, non pas Toto, mais José Van Dam pour «l'artiste lyrique de l'année». Notez que là hommes et femmes se mêlent puisque «not'» maître de musique sera opposé à Barbara Hendricks et Françoise Pollet.

Le rap sera représenté par MC Solaar au rayon «groupe de l'année». Il devra faire avec Mano Negra (pour la 3e fois nominé mais récompensé, ce qui frise la bêtise) et Fredericks, Goldman, Jones de l'ami Jean-Jacques qui ne vient jamais à ce genre de cérémonies un peu raides.

Les francophones non français sont Luc de Larochelière (qui dit Roch...), Stephan Eicher et Ismael Lo. En classique, pour les albums, ont été retenus le «Faust» de Gounod, «Jeanne au bûcher» de Honegger et les «Quatuors de Mozart dédiés à Haydn» par le Quatuor Mosaïques. Au chapitre «interprète de musique classique», on trouve feu le pianiste Robert Casadesus, au même titre que Michel Plasson pour le «Faust» et Jordi Savall pour les «Ouvertures» de Bach. Pierre Boulez, Henri Dutilleux et Pascal Dusapin figurent dans la section «création de musique contemporaine». «Les Contes d'Hoffman», «Idoménée» et «Lulu» ont été retenus pour «l'opéra de l'année».

La liste des Victoires est interminable (jazz, enfants, traditionnel, instrumental, arrangeur, producteur, ingénieur, etc...) et la soirée promet d'être longue, sinon soporifique comme l'an dernier. Notons tout de même encore les catégories «musique de film» (Carlos D'Alessio pour «Delicatessen», Jean-Claude Petit pour «Mayrig» et «Uranus», et Eric Serra pour «Atlantis»); «clip de l'année» («Désenchantée», «Auteuil-Neuilly-Passy» et «Paris» de Lavoine); «l'humoriste de l'année» (Palmade, Timsit ou Smaïn) et «le spectacle de l'année» («Chansons d'amour», «Les Misérables» et «Peter Pan»).

Enfin ne nous étonnons plus de ne pas retrouver les Bashung, Renaud, Murat, Ferrat qui ont fait un trop bon album pour être retenus tandis que ceux des Négresses Vertes et Maxime Le Forestier sont sortis trop tard.

THIERRY COLJON

Les Septièmes Victoires de la Musique en direct du Palais des Congrès; Antenne 2, 20 h 40.