GRILLES

GRILLES

SUR

LE GRIL

«Méfiez-vous des blondes», qu'ils disaient. Un euphémisme. O.K., il ne fallait pas s'attendre à un débat culturel ou métaphysique sur le plateau d'Amanda Lear pour sa nouvelle émission (TF 1). Encore que, dans le rôle d'un Bernard Pivot ou d'un Bernard-Henri Lévy, elle nous aurait au moins gratifié d'un bon karaoké.

Mais faut-il nécessairement que le divertissement en arrive là pour que l'audimat et la pub (trois pages en une heure!) fassent bingo?

«Ne nous quittez pas, ça va être de plus en plus chaud», annonçait l'inimitable organe avant chaque «conseil pour vos achats». De plus en plus chaud ou de plus en plus bas?

Rien ne nous fut épargné des plus éculées recettes du magazine rose. Défilé de dessous sexy, caméra cachée dans un sex-shop, vidéo amateur «hot», strip-tease masculin du genre de celui que l'on croyait relégué dans les plus mauvaises archives de «L'écran témoin». Le tout enrobé des commentaires éclairés d'Amanda Lear dans un décolleté qui nous ferait presque regretter la dentition de Sabatier. Perles choisies: «Les talons aiguille, ça allonge les jambes», «Les dessous blancs, ça fait ressortir la peau noire». Ah?!

Paraît que le but était de déshabiller Michel Leeb. Waouw! on l'aura effectivement vu enlever sa montre et ses pompes parce que le cancre pense aux flics et pas à la position du Kamasutra quand on évoque «22». Quant à son profil «morphoclitorique» (appréciez), on aura appris qu'il a un grand front (signe d'imagination érotique), une bouche sensuelle et un nez séducteur. En vl'a des nouvelles qu'elles sont bonnes.

De l'humour? Autant chercher du charme à la mère Denis. Mais rayon vulgos, boom au sex-office. On se demande qui, après l'amuseur public, se risquera encore dans les griffes de la plus oxygénée des mangeuses d'hommes et de niaiseries.

JOËLLE MESKENS