MANIFESTATION DE RECUEILLEMENT SUR LA GRAND'PLACE.L'ALTERCATION,PUIS LA MORT POUR UNE CANETTE DE COCA...

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Manifestation de recueillement sur la Grand-Place

L'altercation puis la mort,

pour une canette de Coca...

Mimoun Sanhaji, 22 ans, était ouvrier-pâtissier et son patron n'avait qu'éloges pour son travail.

Vivant en Belgique depuis (presque) toujours, il était un bel exemple d'intégration d'un de ces jeunes qui, dans le jargon policier, sont désignés comme ayant le «type nord-africain»...

Le 6 août 1991, sur la Grand-Place de Bruxelles, il shoote dans une boîte de Coca vide, comme n'importe quel Quick ou Flupke. Réaction d'un agent de police qui lui demande d'arrêter et de ramasser la canette. Mimoun refuse, parce que ce n'est pas lui qui l'a jetée.

L'altercation vire au drame. Selon les amis du jeune travailleur, le policier, hors de lui, le saisit à la gorge, le jette au sol, la tête la première, et le roue de coups.

Pour d'autres témoins, au contraire, devant le refus du jeune homme de montrer ses papiers, l'agent lui aurait pris le bras et il se serait laissé tomber, heurtant le bas d'une colonne de l'hôtel de ville.

Mimoun resta allongé pendant un long moment, inconscient. Une ambulance arriva et le transporta à l'hôpital Saint-Jean, rue du Marais. Là, les médecins constatèrent plusieurs lésions et une hémorragie cérébrale. Lorsque Mimoun sortira du coma, il ne sera plus le même. Quelques jours plus tard, il se jettera dans le vide, par la fenêtre de la clinique.

Hier, autour de l'avocat Georges-Henri Beauthier et du conseiller Écolo André Drouart, ses amis avaient décidé de se rassembler près de la Grand-Place pour se souvenir du drame de Mimoun Sanhaji. Ils ont aussi demandé ce qu'il advenait de la plainte déposée par la famille du jeune homme.

Cette manifestation s'est déroulée dignement, avec l'appui du FDF, du PS et du PSC.

Après la dispersion, quelques groupes isolés ont créé des remous au centre-ville, mobilisant les forces de l'ordre pendant deux heures, après des déprédations sur une vingtaine de véhicules près des galeries Saint-Hubert et du commissariat de Bruxelles. Plusieurs manifestants ont été interpellés. Une personne aurait été blessée à coups de couteau et hospitalisée.

Des échauffourées ont aussi eu lieu rue Neuve, sur les places Rogier, Saint-Géry et Fontainas. Des projectiles ont été lancés sur des voitures. Le calme est revenu vers 18 h 30.

C. L.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une