MOLENBEEK Georges Mogin, alias Norge, naissait rue Jennart il y a 100 ans Ode à un nom de neige et à un homme de braise

MOLENBEEK Georges Mogin, alias Norge, naissait rue Jennart il y a 100 ans Ode à un nom de neige et à un homme de braise

Le 2 juin 1898, le poète Norge, qui n'était encore que le petit Georges Mogin, naissait au 14 de la rue Jennart, à Molenbeek. La commune ne pouvait passer sous silence le centenaire de cette prestigieuse naissance. Hier matin, une plaque commémorative a été inaugurée sur la façade de la maison natale de Norge, «ce nom de neige sur cet homme de braise!», par le bourgmestre, plusieurs échevins et des membres de la famille du poète.

Plutôt que d'en rester à une commémoration officielle, nous avons voulu faire la fête à Norge , a expliqué Françoise Schepmans, l'échevine de la culture. Le musée d'Art spontané, en collaboration avec le musée de la Littérature, présente jusqu'au 7 juin, une exposition rassemblant des documents d'archives et des photos de Norge en Provence, réalisées par Nicole Hellyn. Elle est accessible ce vendredi, de 10 à 20 heures et ces samedi et dimanche, de 10 à 18 heures.

Deux spectacles de poésie, au musée d'Art spontané, permettront au public de goûter l'art de Norge. Ce vendredi à 20 heures et ce samedi à 15 heures, Robert Delieu et François Mairet partageront leur passion «norgiaque» avec les spectateurs. L'entrée, au profit du musée, est fixée à 100 F.

J'ai 50 ans. Norge en aurait aujourd'hui le double. Mais déjà quand j'avais 17-18 ans, lorsque je fréquentais l'académie puis le Conservatoire, c'était un mythe , raconte François Mairet, aujourd'hui professeur de déclamation à Braine-l'Alleud. La première fois que je l'ai rencontré, c'était chez lui, en Provence. Ce qui m'a frappé chez lui, c'est l'intérêt qu'il portait aux autres. C'était un homme qui désirait simplement rencontrer d'autres hommes. C'était un monument de littérature mais aussi d'affection.

Ce dimanche, à 15 heures, toujours au musée d'Art spontané, ce sera le comédien Jean-Pierre Denuit qui mettra son talent de diseur au service de l'humour, de l'invention et de la fantaisie du poète qui sut si bien jouer avec les mots. L'entrée, au bénéfice du musée, est également fixée à 100 F.

MARTINE DUPREZ