Musique Laurence Bibot et Marka s’offrent un album ensemble : Monsieur, Madame et Poulette

Tu es formidable, fantastique, extraordinaire… » Les premiers mots de l’album de Marka et Laurence Bibot illustrent bien l’état d’esprit du couple belgo-belge. Tout au long des douze titres, lui est Monsieur et elle Madame : ils cultivent un anonymat amusant derrière un masque à l’effigie de Poulette, leur toutou bicolore, la mascotte qui fait des ravages à Tokyo.

Mais lorsqu’il s’agit de parler de leur travail, ils font tomber les masques (plus simple pour avaler leurs rigatoni) pour laisser place à un couple sincère et sympa. Monsieur : « L’objectif de ce projet commun était de se faire plaisir à deux et surtout de faire exactement ce qu’on veut, comme on le veut ». Et ça n’a pas loupé ! Leurs personnalités mêlées enfantent un son et un univers bien particuliers : lui star de scène au look de dandy mature, et elle vertigineuse comédienne excentrique à la voix incertaine et sexy.

La première collaboration des deux artistes remonte à 1999 avec le spectacle musico-théâtral A Nous Deux qui avait fait fureur au Bota. Cette fois-ci l ’idée de Monsieur et Madame est née lors d’un voyage de Marka au Japon, et sa concrétisation est une célébration du couple dans leur complicité créative. Musicien expérimenté, Marka écrit tous les morceaux et joue la plupart des instruments sur ce disque, mais grâce à sa compagne passionnée, il parvient à un résultat inattendu, loin de son style markaïste. Monsieur : « Laurence a vraiment amené un coup d’œil de productrice sur cet album. »

Monsieur et Madame n’est pas une marque de parfum mais plutôt un univers ambivalent très racé, une machine à faire danser, avec humour. Car le son est très dance-électro, avec des arrangements à la Madonna (« Tu Obéiras »), des effets à la Faithless (« Poulette »), et un clin d’œil aux Stooges (« Des Choses »). Monsieur et Madame revisite, rafraîchit tout en innovant. Monsieur : « J’étais en train de faire le morceau Stooges qui à la base sonnait un peu comme un morceau des Red Hot, et là elle me propose de mettre une batterie de Gilles de Binche dessus… Et ça a super-bien donné ! Moi je n’aurais jamais fait tout seul ! »

Loin de vouloir s’inscrire dans un mouvement particulier (qui serait un peu celui de Vive La Fête et Katerine), les deux artistes voulaient avant tout un son frais, au goût du jour. Monsieur : « On peut la qualifier de musique jeune… pour vieux. Cela dit dans la démarche, on est très indé-rock : on fait exactement ce qu’on a envie, on compose, produit et distribue nous même : on le vend 10 euros ! Et ça c’est rock’n’roll ! »

L’album se veut très international (chansons en anglais, français, reprise du succès de Marka « Accouplés » en japonais), et si les textes relèvent plus de l’esthétisme que du message profond, Monsieur et Madame prend tout son sens sur scène, entre musique et comédie. Madame : « Je ne suis pas une bonne chanteuse, donc je me réfugie un peu derrière mes capacités d’interprétation et de comédienne : Monsieur est la pour assurer donc moi je peux dire un peu des conneries et l’emmerder. »

Ce jeu de scène, ils comptent bien l’enrichir de la projection du dernier moyen métrage de Laurence Bibot, Travestis, réalisé avec l’aide de Marka, improvisé cameraman. Entièrement fait maison tout comme leur album, ce travail cinématographique mi-documentaire mi-fiction plonge le public dans l’univers décalé et surréaliste de la maman de Miss B. et du one-woman show Capitaine Chantal en présentant par exemple des travestis chantant Céline Dion dans la forêt de Soignes.

Artiste pluridisciplinaire (comédienne, écrivain, chanteuse, metteur en scène), Laurence Bibot travaille sur un nouveau moyen-métrage et voit déjà de nouvelles chansons pour M. & Mme, tandis que Marka prépare un album avec des musiciens cubains. Ils n’ont pas fini de surprendre !

Album : Monsieur & Madame, Daring Records, distribution : Marka Editions

www.monsieuretmadame.be

Sur le même sujet
MusiqueBelgiqueCéline Dion