Mort de Jean Leguay

Mort de Jean Leguay

chef de la police de Vichy

Jean Leguay, ancien chef de la police du régime collaborationniste de Vichy sous l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Paris à l'âge de 79 ans des suites d'une longue maladie, vient d'annoncer son avocat, Me Yves Jaffré.

Délégué pour la zone occupée du secrétaire général de la police du régime de Vichy de mai 1942 à janvier 1944, Jean Leguay était impliqué dans l'organisation de la grande rafle des Juifs parisiens des 16 et 17 juillet 1942. 13.000 Juifs, dont 4.051 enfants, furent arrêtés et regroupés au Vélodrome d'hiver de Paris avant d'être envoyés dans les camps de la mort nazis.

Jean Leguay avait en 1979 de crimes contre l'humanité, à la suite d'une plainte de l'avocat «chasseur de nazis» Serge Klarsfeld, au nom des familles de déportés de la rafle du Vél'd'hiv'.

Me Karsfeld le décrivait comme un «policier politique chargé de négociations avec les Allemands au cours desquelles, il a fait des ouvertures», comme de proposer d'ajouter les enfants juifs aux adultes arrêtés et déportés.

Jean Leguay aurait également participé à une conférence organisée par la Gestapo le 17 juillet 1942 pour mettre au point les derniers détails de la rafle du Vél' d'hiv'.

En toute impunité

Son avocat a déclaré qu'«avec sa mort, l'action de la justice est éteinte». Selon lui, «il n'y avait rien dans son dossier judiciaire».

Passant, comme son supérieur René Bousquet, au travers de l'épuration, Jean Leguay, à partir de 1945, s'était lancé dans une carrière dans le monde des affaires. Durant un an, il sera même chargé de mission à New York au ministère de la Production industrielle.

Il a ensuite travaillé aux Etats-Unis jusqu'en 1957 pour le compte de grandes firmes: les parfums Nina Ricci, les cosmétiques Jacqueline Cochran. De retour à Paris, il fut P.-D.G. du groupe Richard Hudnut, des laboratoires Substansia et président du groupe pharmaceutique Warner-Lambert-House. Il avait cessé toute activité professionnelle en 1975.

L'arrestation, le 24 mai dernier, de Paul Touvier avait remis en mémoire l'instruction menée depuis dix ans contre Jean Leguay, inculpé, comme lui, de crimes contre l'humanité. (AFP.)

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Fin de vie et mort|Génocide|Serge Klarsfeld