NOUVELLE ECOLE D'ATHLETISME A L'US BRAINE

Nouvelle école d'athlétisme à l'US Braine

On n'a pas tous les jours vingt ans! L'Union Sportive Brainoise, issue de l'Union-Saint-Gilloise, a donc sauté sur l'occasion pour faire quelque peu parler d'elle. Pas de manifestation bruyante cependant, mais une saison riche en activité et même en résultats, grâce aux titres nationaux décrochés par Laurence Roobaert et Sophie Detienne, dont les performances devraient faire boule de neige très bientôt grâce à la création d'une nouvelle école d'athlétisme.

Créée à l'initiative de Désiré Eraerts, directeur technique adjoint au sein de la LBFA, celle-ci a vu le jour le 1er septembre dernier et constitue en fait la version modernisée et adaptée de l'école de jeunes mise précédemment sur pied par le club brainois.Pour mener à bien cette formation tant sportive qu'éducative, à laquelle participent déjà une cinquantaine de jeunes, Désiré Eraerts sera assisté par Philippe Préat, professeur d'éducation physique, et de plusieurs initiateurs.

Le diplôme sera dorénavant la condition sine qua non pour donner des cours, explique celui qui est également conseiller technique à l'Adeps. Cette rigueur est en effet indispensable à tous les clubs qui veulent progresser. Voyez l'US Brainoise. Après une première saison menée dans ce sens, les résultats commencent déjà à se manifester chez les jeunes, conclut-il avant de fixer rendez-vous à tous en novembre, pour l'inauguration de l'école.

Désiré Eraerts fait plus particulièrement allusion aux deux championnes de Belgique, Sophie Detienne (cadette) et Laurence Roobaert (scolaire), qui ont décroché leur titre sur 800 m, le 8 septembre dernier à Liège, et qui sont respectivement entraînées par... Désiré Eraerts et Jean Cooreman.

Le palmarès de Laurence est particulièrement doré, puisqu'il s'enrichit également de dix victoires en cross, la jeune Lilloisienne n'ayant été battue qu'à une seule reprise, soit lors des championnats de Belgique à Flémalle. Le club avait également misé beaucoup d'espoirs sur Benoît Tordeurs, mais il semble que le Brainois ait trop couru sur route, ce qui expliquerait une blessure aux tendons qui mit malheureusement un frein à sa saison prometteuse...

Et les interclubs? Alors qu'elle luttait d'habitude pour le maintien en deuxième régionale, l'équipe seniore a cette année participé à la poule majeure pour la montée, explique Léo Lefèvre, le président intérimaire. En 1990, au vu des progrès affichés par notre effectif, nous viserons la montée en division I. Quant à l'équipe dames, dont c'était le retour cette année, elle ambitionnera un meilleur résultat la saison prochaine, grâce principalement aux renforts que constitueront Laurence et Sophie. Enfin, en 1990, nous serons en mesure d'aligner pour la première fois deux équipes cadettes et scolaires (garçons et filles).

Prochain rendez-vous: le quinzième Grand Prix Gaston Reiff, le 11 novembre (rendez-vous à 13 h 30, parc Bourdon). Les organisateurs espèrent réunir à cette occasion un plateau comparable à celui de l'édition 88 (416 participants) et ont, pour ce faire, entrepris un gros effort en matière de prix. Signe encourageant: le meeting du vingtième anniversaire, qui eut lieu le 27 septembre dernier, s'était révélé, quant à lui, un très beau succès au niveau de la participation.

Avec nos 44 athlètes féminines (au lieu de 25 l'an dernier) et nos 144 athlètes masculins (au lieu de 113), nous pouvons nous estimer satisfaits de l'évolution du club, explique encore le président. Mais notre bonheur serait vraiment total si nous pouvions disposer bientôt d'une piste synthétique. Ce serait là un outil indispensable si nous voulons réaliser nos objectifs et garder les jeunes qui viendraient suivre une formation chez nous.

Nous avons énormément de demandes émanant des multiples associations sportives de l'entité, lui répondit l'échevin des Sports de Braine-l'Alleud, Gaston Philippe. Il y a donc actuellement encombrement de dossiers, mais il n'en reste pas moins que la piste est promise et donc due!

Terminons notre petit... tour de piste en signalant que l'Union Sportive Brainoise, société constituée en association de personnes, se muera en novembre prochain en ASBL, ce qui lui permettra de recevoir des subventions des pouvoirs publics. Autre raison: par mesure de prudence, les dirigeants et associés ont émis le désir de pouvoir dissocier leur patrimoine de celui de la société. Nous ne faisons que prendre les devants, conclut Léo Lefèvre, puisque dès fin 1990, la LBFA imposera pareille mesure à ses clubs.

Ch. S.

Renseignements complémentaires: 02-384.53.68 (Lefèvre) ou 387.02.93 (Mauvisin).