PAULE HERREMAN N'EST PLUS SON NOM ETAIT SYNONYME DE TELEVISION

Paule Herreman n'est plus

Son nom était synonyme

de télévision

Née en 1919, pionnière de la télévision belge, Paule Herreman est morte jeudi matin, des suites d'une thrombose, à l'âge de 72 ans.

Après des études de philologie germanique, un intermède de sténo parlementaire au Sénat puis de secrétaire de direction, Paule Herreman s'est quasi penchée sur le berceau de la télévision belge.

Speakerine à la radio dès la Libération, elle entre à la télévision un an après la naissance de la maison. C'était en 1954. Paule travaillait avec Henri Billen pour les émissions littéraires et dramatiques. Puis le virus de l'interview l'a prise de plein fouet, notamment pour une rubrique intitulée «Arts et lettres de Belgique». Comme déjà l'amusement faisait partie de sa vie, elle a tenu quotidiennement «un truc amusant», comme elle dit, «La caméra en liberté», cinq minutes de Paule Herreman en liberté après les infos: interviews express de personnalités de passage à Bruxelles.

Avec sa passion du direct, aux yeux du public belge et européen, Paule Herreman a personnalisé des émissions comme «Jeux sans frontières», «Visa pour le monde» qu'elle anima pendant huit ans, «Le francophonissime», trois grands moments de la télévision auxquels elle communiquait sa force et son sens du spectacle.

Son nom est associé aussi au Grand Prix Eurovision de la chanson qu'elle a animé à de nombreuses reprises.

Extravertie, optimiste, Prix sourire, Paule Herreman était un vrai personnage de notre télévision qu'elle n'a jamais tout à fait quittée puisqu'elle avait récemment participé à «La semaine infernale» et venait d'accepter la présidence du jury de l'émission «Les jeunes solistes».

D. L.